Libourne: Le député LREM Florent Boudié victime de messages et de tags haineux

MENACES Après avoir vu sa permanence parlementaire taguée le 31 décembre, le député du Libournais vient de recevoir plusieurs messages menaçants par mail...

M.B.

— 

La permanence du député LREM Florent Boudié a été taguée à Libourne dans la nuit du 30 au 31 décembre 2018.
La permanence du député LREM Florent Boudié a été taguée à Libourne dans la nuit du 30 au 31 décembre 2018. — FB

Le député LREM de la 10è circonscription de la Gironde (Libournais) Florent Boudié, fait l’objet depuis plusieurs jours de messages haineux en tout genre. Sa permanence à Libourne a été retrouvée taguée le 31 décembre, et il vient de recevoir plusieurs messages par mail qu’il a décidé de rendre publics.

Le député a annoncé son intention de porter plainte contre les auteurs de ces messages.

Le député accuse la « mouvance identitaire »

Il va également porter plainte pour « provocation à la haine » après la découverte le 31 décembre sur les murs de sa permanence à Libourne, de tags qu’il attribue à la « mouvance identitaire ».

Ce tagage est « vraisemblablement le fait de la mouvance identitaire, anti-musulmans et anti-migrants, dans une circonscription où le Rassemblement National avait obtenu plus de 40 % des voix » au second tour des législatives de juin 2017, écrit-il.

Le député rappelle travailler à l’Assemblée nationale « pour donner à l’islam de France un cadre et des règles » ainsi que « pour apporter une réponse humaine et digne à la question de la rétention des enfants étrangers en situation irrégulière ».

Ce jeudi, le groupe Gironde Avenir (union de la droite et du centre) du conseil départemental, et son président Jacques Breillat (Les Républicains) « condamnent » ces messages, et « apportent leur soutien » au député LREM. « Les mouvements sociaux qui agitent notre pays n’excusent pas les appels à la haine. Ce climat de violence et les intimidations dont font l’objet de nombreux élu(e) s sont inacceptables dans une démocratie comme la nôtre » écrivent-ils notamment.