«Je suis français et européen»... L'ex-député En Marche! Joachim Son-Forget lance son parti

ADHESION Le député des Français de l’étranger n’exclut pas de présenter une liste aux européennes…

L.Br. avec AFP

— 

Joachim Son-Forget, le 9 juin 2017 en Suisse.
Joachim Son-Forget, le 9 juin 2017 en Suisse. — Fabrice COFFRINI / AFP

Joachim Son-Forget est un ovni politique. Deux jours après avoir quitté La République en marche (LREM) en raison de propos jugés sexistes, le député de la 6e circonscription des Français de l’étranger (Suisse et Lichtenstein) lance son propre parti.

« Vous pouvez d’ors [sic] et déjà manifester votre intention de nous rejoindre en participant à la consultation ci-jointe, si vous n’êtes que 10 on annulera la création du parti (…). On vous emmènera au bout de vos rêves », écrit dans un tweet celui qui se surnomme « king of trolls », le « roi des trolls ». Le lien intégré à son tweet mène au site « Je suis français et européen », du nom de son parti en cours de création. S’il est spécifié que « rien n’est prêt », le médecin radiologue de profession, qui ne mâche par ses mots sur les réseaux sociaux, invite les internautes à adhérer à son parti : « L’adhésion est gratuite pour le moment, mais pas pour longtemps », est-il écrit.

Une liste pour les Européennes

Pour adhérer, il suffit de répondre à neuf questions, des plus classiques (nom, prénom, adresse mail) aux plus originales : « Etes-vous drôle ? », « Aimez-vous monsieur Macron ? », « Etes-vous intelligent ? Prouvez-le ! ». Le site, encore en construction, ne propose pas encore de programme mais un signe de ralliement : trois doigts (l’auriculaire, l’annulaire et le majeur) à l’horizontale, « trois doigts indivisibles comme les valeurs de la République », explique-t-il à 20 Minutes. Un geste qui ressemble à l’un des signes de l’extrême-droite sur Twitter, comme le lui ont fait remarquer des internautes.

Une référence qu’il nie : « Je crée mes propres symboles. Tout le reste, c’est de la bien-pensance », affirme-t-il. Joachim Son-Forget confirme que les statuts de son nouveau parti sont « en fin de rédaction ». Le député, qui est aussi joueur de clavecin et passionné de tir, n’exclut pas de présenter une liste électorale pour les prochaines élections européennes.

Samedi, le député a annoncé son départ du parti LREM sur Twitter après des propos sexistes tenus envers la sénatrice EELV Esther Benbassa. Il a notamment tweeté le 24 décembre : « Avec le pot de maquillage que vous vous mettez sur la tête, vous incarnez plus que jamais ce que vous tentez maladroitement de caricaturer ». Le 14 janvier, le bureau du groupe LREM doit discuter d’éventuelles sanctions envers l'élu.