VIDEO. Passeport de Benalla: Le PS dénonce un potentiel «danger pour la République», LR demande que la justice soit saisie

REACTIONS Le PS et les Républicains ont fait part de leurs craintes concernant la nouvelle « affaire Benalla »…

C. Ape. avec AFP
— 
Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 devant la Commission d'enquête du Sénat.
Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 devant la Commission d'enquête du Sénat. — Bertrand GUAY / AFP

La « nouvelle affaire Benalla » n’en finit plus de faire du bruit. L’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron, soupçonné d’avoir utilisé un passeport diplomatique après sa mise à pied en mai, « peut devenir un danger pour la République », a estimé le Premier secrétaire du Parti socialiste  Olivier Faure sur Europe 1, évoquant une implication de l’ancien chargé de mission à l’Élysée « dans des affaires de ventes d’armes un peu partout dans le monde ».

« Il est de notoriété publique qu’il continue de se balader dans l’Afrique entière et malgré cela, l’Élysée ne vérifie pas qu’il a bien rendu ses passeports diplomatiques qui lui donnent une sorte de sésame », a déploré le Premier secrétaire du PS. « C’est profondément inquiétant, soit sur l’amateurisme de cette présidence, soit sur le double langage qu’elle continue d’avoir. »

Les Républicains demandent que la justice soit saisie

Gilles Platret, porte-parole des Républicains, a demandé ce vendredi que la justice soit saisie des rebondissements de l’affaire qui sont, selon lui, « la continuation de l’opacité » dont Emmanuel Macron « a entouré certaines pratiques ».

« La justice a à connaître des actions de M. Benalla le 1er mai place de la Contrescarpe et autres agissements, mais il nous semble nécessaire qu’elle étende ses investigations », a-t-il déclaré sur RTL.

Le sénateur LR du Rhône François-Noël Buffet a lui estimé pour sa part qu’il fallait « mettre fin à cette simagrée ». « Quelle crédibilité pour notre pays ? » s’est interrogé sur FranceInfo l’élu, membre de la commission d’enquête du Sénat qui avait auditionné Alexandre Benalla en septembre.

Une élue LREM déplore une « faute »

« Il y a une faute des services de l’Élysée (…), il y a un dysfonctionnement grave », a déclaré la députée LREM Cendra Motin sur Franceinfo, car « ce n’est pas normal que deux passeports diplomatiques ne soient pas trouvables ».

« Cette remise en question de l’Élysée, qui est en cours depuis plusieurs mois est importante », a ajouté la députée de l’Isère. « Une action plus forte aurait été nécessaire », « il faut renforcer la procédure » car « personne n’avait besoin que cette affaire ressurgisse ».

De son côté, le député LREM Bruno Questel a indiqué qu’il fallait « une enquête administrative du ministère des Affaires étrangères ». « Je crois que monsieur Benalla, qui n’a pas 30 ans, a touché la lumière ou le ciel (…). Il a connu les sommets de l’État et je pense qu’il est en train de se brûler tout simplement » a-t-il ajouté.