Crèches de Noël: Des maires divers gauche et Rassemblement national sanctionnés à Marseille

LAICITE Stéphane Ravier et Lisette Narducci ont fait bénir leur crèche de Noël par un prêtre, ce qui est jugé comme une atteinte à la laïcité par le tribunal administratif…

J.S.-M.

— 

Crèche de Noël. Illustration
Crèche de Noël. Illustration — COLLIOT BRUNO/SIPA

Le tribunal administratif de Marseille fait preuve de pédagogie. Dans un long communiqué, le tribunal justifie ses décisions, prises « au cas par cas », dans l’affaire des crèches de Noël installées par plusieurs communes des Bouches-du-Rhône. La Fédération départementale de la libre-pensée et l’Observatoire de la laïcité​ avaient réclamé leur interdiction, principalement lors de l’hiver 2016.

Selon le tribunal, les communes de Carry-le-Rouet, Berre l’Etang, Salon-de-Provence et Châteauneuf les Martigues ont respecté la loi de 1905 sur la laïcité. L’installation des crèches présentait un caractère « culturel, artistique ou festif, sans exprimer la reconnaissance d’un culte ou marquer une préférence religieuse. »

En revanche, les crèches installées par Lisette Narducci, maire des 2e et 3e arrondissements de Marseille, et Stéphane Ravier, maire des 13e et 14e arrondissements étaient illégales, selon le tribunal. En effet, la maire divers gauche du centre-ville et le maire Rassemblement national des quartiers Nord ont fait appel à un prêtre pour bénir les crèches, ce qui les inscrit « dans une tradition religieuse » et exprime donc une préférence.