«Gilets jaunes»: La France insoumise va déposer une proposition de loi sur sur le référendum d'initiative citoyenne

MOBILISATION La France insoumise prévoit l’examen par l’Assemblée de leur proposition de loi constitutionnelle le 21 février prochain…

20 Minutes avec AFP

— 

Les députés de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière le 17 octobre 2018 à l'Assemblée nationale.
Les députés de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière le 17 octobre 2018 à l'Assemblée nationale. — Eric FEFERBERG / AFP

Une mesure réclamée « massivement » par les « gilets jaunes ». Les députés Insoumis s’apprêtent à déposer une proposition de loi constitutionnelle pour instaurer des référendums d’initiative citoyenne (RIC), a indiqué La France insoumise, ce lundi.

Interrogé par Les Echos, ce lundi, le Premier ministre, Edouard Philippe a estimé que  le référendum d’initiative citoyenne pouvait être un « bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n’importe quel sujet ni dans n’importe quelles conditions », ajoutant qu’un débat serait lancé sur le sujet.

« La volonté du peuple de se réapproprier la parole et la décision politique »

Sans attendre, les députés LFI prévoient l’examen par l’Assemblée​ de leur proposition de loi constitutionnelle le 21 février prochain, dans le cadre de la « niche » réservée à leur groupe. La proposition de référendum, « qui figurait dans le programme "l’avenir en commun", est aujourd’hui massivement réclamée par les "gilets jaunes" » et « la mobilisation de ces dernières semaines témoigne de la volonté du peuple de se réapproprier la parole et la décision politique », font-ils valoir dans un communiqué.

Ces parlementaires prônent la possibilité « pour les citoyens de demander des référendums législatifs, abrogatoires, révocatoires ou encore permettant la convocation d’une constituante ». Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a réaffirmé la semaine dernière son soutien à de tels référendums « permettant d’abroger une loi, d’en proposer une, et le droit de révoquer un élu, quel qu’il soit, du président de la République au conseiller municipal ».