CSG: Les retraités devront finalement attendre juillet pour bénéficier de la suppression de la hausse

REPORT La semaine dernière, Emmanuel Macron avait annoncé que les retraités touchant moins de 2.000 euros par mois ne paieraient pas la hausse de la CSG, et ce, dès début 2019...

Manon Aublanc

— 

Des retraités manifestent contre la hausse de la CSG, le 15 mars 2018 à Paris.
Des retraités manifestent contre la hausse de la CSG, le 15 mars 2018 à Paris. — SEVGI/SIPA

Alors qu’Emmanuel Macron avait annoncé que la suppression de la hausse de la CSG interviendrait début 2019, les retraités devront finalement attendre juillet prochain, a expliqué Muriel Pénicaud, le ministre du Travail, ce lundi sur RTL. Ces derniers seront remboursés durant l’été des sommes versées depuis le 1er janvier 2019.​

Lors de son discours devant les Français, mardi dernier, Emmanuel Macron avait annoncé diverses mesures pour calmer la grogne des « gilets jaunes ». Parmi elles, le chef de l’Etat avait annoncé que les retraités touchant moins de 2.000 euros par mois ne paieraient pas la hausse de la CSG, et ce, dès début 2019.

« Un très gros chèque ou un virement au plus tard au 1er juillet »

« L’effort qui leur a été demandé était trop important et n’était pas juste », avait souligné le président de la République. Mais en pratique, il faudra attendre un peu plus longtemps. Invité de RTL, ce lundi matin, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a précisé que les retraités touchant moins de 2.000 euros par mois, ou 3.000 euros pour un couple, continueront de payer la hausse de la CSG jusqu’en juillet, au plus tard.

« La CSG est un impôt ; on n’a pas les revenus de 2018, qui n’ont pas été déclarés, donc on ne peut pas la calculer », a justifié la ministre du Travail. « Les gens vont continuer à la payer au plus tard jusqu’au 1er juillet et ensuite ils seront remboursés. Il y aura un très gros chèque ou un virement au plus tard au 1er juillet », a ajouté Muriel Pénicaud.