«Gilets jaunes»: Le gouvernement a été «trop intelligent, trop subtil», estime Gilles Le Gendre

CRISE L’élu reconnaît que le gouvernement a fait des erreurs dans la gestion de la crise…

C. Ape.

— 

Gilles Le Gendre à l'Assemblée, le 3 avril 2018 à Paris.
Gilles Le Gendre à l'Assemblée, le 3 avril 2018 à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le message de la majorité peinerait-il à se faire entendre ? C’est le constat dressé par le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, ce lundi matin. Sur le plateau de Territoires d’infos, sur Public Sénat, Gilles Le Gendre a déploré le manque de clarté des mesures gouvernementales en faveur du pouvoir d’achat et regretté qu’elles aient pâti d’un manque de pédagogie.

Tandis que le Premier ministre Edouard Philippe reconnaît des « erreurs », Gilles Le Gendre s’interroge : « Qui gouverne et ne commet pas d’erreurs ? Je n’en connais pas, surtout quand on gouverne pour reprendre un pays qui était en très mauvaise posture et après avoir ouvert un nombre de chantiers incalculables. »

« Ça veut dire quoi, que les Français ne sont pas capables de l’intégrer ? »

Cependant, l’élu reconnaît « deux erreurs » : « Je pense que nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. Nous nous donnons beaucoup de mal mais il faut le faire mieux, plus, en étant plus proche de ce que les Français attendent. Deuxième erreur, dont nous portons tous la responsabilité – moi y compris, je ne me pose pas en censeur : c’est le fait d’avoir probablement été trop intelligents, trop subtils, trop techniques dans les mesures de pouvoir d’achat. Nous avons saucissonné toutes les mesures favorables au pouvoir d’achat dans le temps, c’était justifié par la situation des finances publiques mais manifestement ça n’a pas été compris », justifie-t-il.

Une sortie qui a fait réagir l’animateur. « Quand vous dites « trop intelligents » ça veut dire quoi, que les Français ne sont pas capables de l’intégrer ? » demande-t-il. « Non, mais quand vous expliquez que les charges sociales vont baisser en deux fois, que la taxe d’habitation va baisser pour 80 % des Français mais que pour ces 80 % ça se fera en trois fois, et cetera, et cetera, manifestement vous perdez tout l’effet positif des mesures de pouvoir d’achat », explique Gilles Le Gendre.

Son message a suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Depuis, Gilles Le Gendre s’est excusé sur Twitter : « Quelques mots sortis de leur contexte… Trop intelligents = trop techniques = trop compliqués. Je n’ai rien voulu dire d’autre : les mesures sur le pouvoir d’achat sont désormais simples et lisibles. Désolés, sincèrement, si j’en ai choqué certains. »