«Gilets Jaunes»: Renaud Muselier lance une «déclaration de Marseille» contre les violences

GILETS JAUNES Le président LR de la région Paca, Renaud Muselier, a lancé une « déclaration de Marseille » contre les violences... 

20 Minutes avec AFP

— 

Des gilets jaunes défilent dans les rues (image d'illustration).
Des gilets jaunes défilent dans les rues (image d'illustration). — XAVIER LEOTY / AFP

Une « déclaration de Marseille » contre les « violences partout en France ». Renaud Muselier, président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur a lancé ce vendredi une « déclaration de Marseille » pour sauver « la République en danger » face à « l’insurrection », disant craindre « des violences partout en France » à la veille d’une nouvelle journée de mobilisation des «  gilets jaunes ».

Renaud Muselier a d’abord écouté deux lycéennes lire cette « déclaration », à l’ombre de l’Arc de triomphe, Porte d’Aix, au cœur de la ville. Un texte dans lequel il exprime son refus « de voir le dialogue céder sa place à la violence, dans l’indifférence générale ».

« Le chiffon rouge du danger »

« L’heure est grave, et nous avons besoin de gestes politiques forts, d’un véritable Grenelle, au sens des discussions qui avaient suivi le chaos de mai 1968 », poursuit ce texte. « Afin d’éviter l’escalade, le président de la République doit immédiatement ouvrir ces discussions tant attendues », insiste Renaud Muselier en affirmant que « le temps du mépris a engendré le temps de la violence ».

S’il a précisé que cette déclaration était une « initiative collective et non individuelle », venue « de la gauche à la droite en passant par le centre », il était surtout entouré d’élus Les Républicains.

Samia Ghali, sénatrice PS, a justifié son absence par son refus de « cautionner le discours culpabilisant généré en vue de la mobilisation de samedi » : « les revendications doivent être entendues et non étouffées en agitant le chiffon rouge du danger », a-t-elle déclaré.