«Gilets jaunes»: Suspensions de taxes et Macron insulté... Ce qu'il faut retenir de cette journée politique

LIVE Revivez avec nous la situation sur la mobilisation des « gilets jaunes »… 

Thibaut Chevillard

— 

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron — LUDOVIC MARIN / AFP

L’ESSENTIEL

  • Samedi, l'« acte 3 » de la mobilisation des « gilets jaunes », qui protestent contre la hausse des taxes sur le carburant, a donné lieu à de nombreuses scènes de violences. Un « acte 4 » est d’ores et déjà prévu ce week-end à Paris et dans d’autres villes de France.
  • Matignon a annoncé, ce mardi matin, l’annulation de la réunion, prévue dans l’après-midi, entre les « gilets jaunes » et Edouard Philippe.
  • Selon des sources gouvernementales, le Premier ministre va annoncer, ce mardi, un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants, prévue le 1er janvier.

A LIRE AUSSI

 

20h50 : C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi avec nous

19h52 : Les Républicains demandent un retour à l’état d’urgence

C’est la « seule mesure qui permettrait d’ici à samedi de prévenir » de nouvelles violences dans les manifestations des « gilets jaunes ». « L’état d’urgence est la seule mesure qui permettrait d’ici à samedi de prévenir le renouvellement de ces violences », écrit le parti dans une déclaration publiée après la réunion de son bureau politique.

« On ne peut pas connaître un quatrième samedi noir. Il faut protéger nos forces de l’ordre tout en permettant aux Français qui le souhaitent de s’exprimer pacifiquement sans être pris en otage par les casseurs », estime le parti présidé par Laurent Wauquiez.

19h15 : Emmanuel Macron a été hué et insulté à sa sortie de la préfecture du Puy-en-Velay

Selon un journaliste local contacté par l’AFP et une séquence vidéo du journal Le Progrès, Emmanuel Macron a été hué et insulté par une vingtaine de manifestants à sa sortie de la préfecture incendiée.

18h40 : Un festival électro parrainé par Jean-Michel Jarre reporté

La première édition du festival électro INASOUND, qui devait se dérouler samedi et dimanche au Palais Brongniart à Paris, a été reportée en raison des possibles manifestations des « gilets jaunes ».

« Les tensions qui traversent actuellement le pays et les incidents qui se produisent au cœur de la capitale ne permettent pas aujourd’hui » l’organisation de cette manifestation parrainée par Jean-Michel Jarre, a indiqué dans un communiqué l’Institut national de l’audiovisuel (Ina). Ce festival est reporté au « printemps 2019 », précise l’Ina.

18h31 : Levée du blocage du dépôt pétrolier de Lorient

Les entrepreneurs indépendants de travaux publics qui bloquaient depuis sept jours le dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan) en soutien aux « gilets jaunes » ont mis un terme au blocage du site mardi en fin d’après-midi.

Après les annonces mardi midi du Premier ministre, les manifestants avaient, dans un premier temps, décidé de poursuivre leur action. Mais, parmi eux, deux chefs d’entreprise qui étaient convoqués mardi matin devant le tribunal de commerce étaient menacés d’une forte astreinte par jour de blocage supplémentaire. La décision du tribunal devait être rendue mardi prochain.

18h05 : Un député serbe en gilet jaune au parlement

Les « gilets jaunes » français font des émules en Serbie : un député de l’opposition en a revêtu un mardi au parlement pour protester contre les prix de l’essence dans son pays. « Nous voulons des prix normaux de l’essence, ou vous aurez des gilets jaunes dans les rues de Belgrade et de Serbie », a prévenu Bosko Obradovic, patron de la formation de droite nationaliste Dveri.

17h59 : Emmanuel Macron est à la préfecture incendiée du Puy-en-Velay

Le président Emmanuel Macron visite mardi après-midi la préfecture du Puy-en-Velay, qui avait été incendiée samedi après un rassemblement de « gilets jaunes », a annoncé l’Élysée. Il se trouve sur place « pour témoigner personnellement et directement de son respect et de son soutien aux agents après l’incendie d’une partie des locaux préfectoraux », a indiqué son entourage.

17h32: 20 peines de prison ferme prononcées lundi

Vingt personnes jugées lundi en comparution immédiate pour des violences commises samedi lors des manifestations des «gilets jaunes» à Paris ont été condamnées à des peines de prison ferme, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Selon cette source, parmi ces 20 condamnations - dont certaines ont été en partie assorties d'un sursis - huit mandats de dépôt ont été décernés.

Par ailleurs, 24 personnes ont été condamnées à des peines de prison avec sursis, ou assorties d'un sursis avec mise à l'épreuve. Deux condamnations à des jours d'amende et une condamnation à une peine de prison assortie d'un sursis avec obligation d'accomplir un travail d'intérêt général ont aussi été prononcées.

17h26: «Des forces supplémentaires» mobilisées en France samedi prochain 

Christophe Castaner a promis mardi, en cas de nouvelles manifestations samedi des «gilets jaunes», des forces de l'ordre en nombre supérieur à celles mobilisées en France le 1er décembre pour la troisième journée de manifestations marquée par de graves violences à Paris notamment.

«Nous allons mobiliser en France, des forces en nombre supplémentaire aux 65.000 qui ont été mobilisées» le 1er décembre, a affirmé le ministre de l'Intérieur, auditionné par la commission des Lois du Sénat.

17h12 : Castaner invite les « gilets jaunes raisonnables » à ne pas se rassembler à Paris samedi

Christophe Castaner a invité mardi « les gilets jaunes raisonnables » à ne pas se rassembler à Paris samedi en cas de nouvelle mobilisation, après les violences survenues le 1er décembre dans la capitale.

« J’invite les gilets jaunes raisonnables à se désolidariser des extrêmes et à ne pas se rassembler à Paris samedi prochain », a déclaré le ministre de l’Intérieur, auditionné devant la commission des Lois du Sénat, et qui a souhaité lancer un « appel au calme » à l’adresse des « gilets jaunes ».

16h31 : Les manifestants lèvent le blocage du dépôt pétrolier de Brest

Les indépendants du terrassement, qui bloquaient depuis sept jours le dépôt pétrolier de Brest, ont décidé mardi de lever le blocage du site, jugeant « satisfaisant » le moratoire annoncé par le Premier ministre Édouard Philippe sur la suppression du gazole non routier (GNR). « On s’en va », a déclaré à l’AFP Julien Camblan, artisan terrassier à Kersaint-Plabennec, qui bloquait depuis mercredi le dépôt pétrolier.

« On juge satisfaisant le moratoire de six mois, en sachant bien que si on n’a pas ce qu’on veut, on reviendra. Ils savent de quoi on est capables », a-t-il ajouté.

16h01 : La CFDT se félicite de l’ouverture du dialogue, FO insiste sur les salaires

La CFDT « se félicite que le gouvernement ouvre enfin le dialogue » et « appelle plus que jamais à la construction d’un pacte de la conversion écologique ». « L’objectif est d’apporter des réponses aux questions soulevées par les citoyens : logement, mobilités, pouvoir d’achat, rémunérations, répartition des richesses produites… », explique le syndicat.

Force ouvrière, de son côté, « réaffirme la nécessité d’une augmentation générale des salaires et du pouvoir d’achat et sa revendication de l’ouverture de négociations en ce sens ». « A ce sujet, FO constate que le gouvernement ne semble pas bouger sur le Smic (…) Demeure insatisfaite également de la revalorisation du point d’indice dans la Fonction publique ».

L’Unsa, enfin, « constate que des mesures pratiques et immédiates touchant le pouvoir d’achat, que l’Unsa réclamait, figurent bien dans les annonces du gouvernement (…) Rien cependant sur les loyers ni les salaires ».

15h12 : Le blocage du dépôt pétrolier de Lorient maintenu, malgré les annonces de Matignon

Les indépendants des travaux publics qui bloquent depuis sept jours le dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan) en soutien aux « gilets jaunes » ont décidé de maintenir le blocage du site, malgré les annonces du Premier ministre concernant la suspension pour six mois de plusieurs mesures fiscales, ont-ils annoncé mardi à l’AFP.

Ils continuent de réclamer le maintien du « gazole non routier » (GNR) pour les professionnels. « On ne bouge pas pour le moment, on veut la suppression de l’article 19 concernant le gazole non routier », a déclaré à l’AFP Norbert Guillou, un des organisateurs du mouvement.

15h05 : Les trois mesures annoncées par Edouard Philippe pour tenter d’apaiser la colère

Le Premier ministre Edouard Philippe, a annoncé mardi trois mesures pour tenter d’apaiser la colère des « gilets jaunes », un geste qui pourrait se révéler économiquement coûteux pour le gouvernement.

« Si les impôts baissent, il faudra que les dépenses baissent », a assuré le Premier ministre. Une équation complexe : le manque à gagner des mesures qu’il a annoncées s’élève à environ deux milliards d’euros, selon le gouvernement.

15h00 : Alain Juppé salue « une étape d’apaisement », appelle à aller « au fond des choses »

L’ancien Premier ministre, Alain Juppé, a salué mardi les mesures annoncées par Edouard Philippe comme « une première étape, une étape d’apaisement », mais qui selon lui « ne suffira pas, » car il faut aller « au fond des choses » : la lutte contre les inégalités, par les leviers du niveau de vie et de la fiscalité.

« Il faut aussi que des gilets jaunes s’organisent », se choisissent « des responsables (…) qui répondent de ce qu’ils font devant leurs mandants » a-t-il souligné devant des journalistes à Bordeaux. « La démocratie spontanée, c’est très bien mais ça n’a qu’un temps, et il faut que les pouvoirs publics qui sont prêts au dialogue aient des interlocuteurs devant eux ».

14h19 : Emmanuel Macron n’a pas prévu de s’exprimer sur les « gilets jaunes »

Emmanuel Macron n’a pas prévu de s’exprimer à ce stade après l’allocution d’Édouard Philippe, qui a annoncé trois mesures pour tenter d’apaiser la crise des « gilets jaunes », a annoncé mardi l’Élysée. Le président « assume parfaitement » ce qu’a déclaré le Premier ministre et ne « s’exprimera pas à ce stade », a-t-on indiqué de même source.

14h07 : Jusqu’à un an de prison ferme pour des « gilets jaunes »

Huit « gilets jaunes » ont été condamnés à des peines allant de trois mois à un an de prison ferme avec mandat de dépôt à Tarbes et Narbonne, après des heurts violents durant le week-end devant la préfecture des Hautes-Pyrénées et un violent incendie au péage de Narbonne, a-t-on appris mardi auprès des deux tribunaux.

Un mandat de dépôt a été délivré lundi soir par le tribunal correctionnel de Tarbes à l’encontre de deux prévenus auxquels on reprochait d’avoir tenté de desceller les grilles de la préfecture à Tarbes. Ils ont été condamnés à huit mois et douze mois de prison ferme.

14h05: Pour Bruno Le Maire, « le cap de réduction de la dette sera tenu » malgré les mesures annoncées

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a affirmé mardi que « le cap de la réduction de la dette sera tenu », à la suite des mesures annoncées par Paris pour tenter de sortir de la crise des « gilets jaunes ».

« On en a discuté avec le président de la République lundi soir. Il y a un cap fixé par le président qui est celui du respect de nos engagements européens, de la réduction de la dépense, de la réduction de la dette et de la réduction des impôts et ce cap-là, il sera tenu », a dit Bruno Le Maire devant des journalistes à Bruxelles.

13h42 : Le système de « fan-zone », abandonné en cas de nouvelle manifestation

Le périmètre de type « fan-zone » utilisé à Paris samedi pour encadrer la manifestation des « gilets jaunes », vertement critiqué en raison des violences, ne sera pas reconduit en cas de nouvelle mobilisation, selon les syndicats policiers qui ont rencontré mardi Christophe Castaner.

Le ministre de l’Intérieur abandonne ainsi le dispositif de maintien de l’ordre adopté le 1er décembre : un périmètre hermétique autour des Champs-Élysées accessibles uniquement sur contrôle d’identité et après fouille des sacs.

13h35 : 13 personnes soupçonnées d’avoir dégradé l’arc de triomphe présentées à un juge

12 majeurs et un mineur vont être présentés à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte ce mardi à la suite des faits commis à l’intérieur de l’arc de Triomphe, indique à 20 Minutes le parquet de Paris. Ils sont soupçonnés « d’intrusion non autorisée dans un lieu historique », de « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations », de « recel », de « vols aggravés », de « dégradations d’un bien classé commises en réunion ».

13h25 : Pour Wauquiez (LR), le moratoire « pas suffisant », il faut « l’annulation »

« Aujourd’hui, ils annoncent des mesures qui auraient dû être prises il y a bien longtemps », a réagi Laurent Wauquiez devant le groupe LR, selon des propos rapportés.

« Il faut un geste d’apaisement. Un moratoire, ce n’est pas suffisant. S’il s’agit juste de retarder les augmentations, ce n’est pas à la hauteur. Il faut l’annulation des hausses de taxes », a-t-il développé.

13h14 : Manuel Bompard (LFI) estime qu’il s’agit d’un « bricolage manœuvrier »

 

13h : Florian Philippot parle de « mesurettes »

Les réactions politiques ne se font pas attendre, après les annonces d’Edouard Philippe. Florian Philippot, président des Patriotes, a même déjà publié un communiqué. 

 

12h45 : Edouard Philippe revient sur les manifestations et les violences

« Tous les Français ont le droit de manifester mais tous les Français ont aussi le droit à la sécurité », assure le Premier ministre. « S’il y a une nouvelle journée de mobilisation samedi, elle doit être déclarée et se dérouler dans le calme », prévient-il, avant de mettre fin à son allocution.

12h43 : Un grand débat ouvert sur les impôts

Le Premier ministre a affirmé qu'« un large débat serait ouvert sur les impôts et la dépense publique. Nos impôts et taxes sont les plus élevés d’Europe. Discutons des modifications qu’il faut leur apporter ». Ce débat aura lieu du 15 décembre au 1er mars.

12h42 : « Nous devons mieux accompagner les Français »

« Nous devons lutter contre la pollution, contre le changement climatique. (…) Nous devons mieux accompagner les Français dans cette transition. (…) Parlons-en », indique Edouard Philippe. 

12h40 : Les tarifs de l'électricité et du gaz n'augmenteront pas

Edouard Philippe annonce que les tarifs d'électricité et du gaz qui devaient augmenter en début d'année ne le feront pas pendant l'hiver. 

12h37 : Edouard Philippe suspend les mesures fiscales annoncées 

La hausse de la taxe carbonne, la convergence de la fiscalité du diesel et l'alignement de la fiscalité du gazole pour les professionnels sont suspendues pour une durée de six mois. Idem concernant le durcissement du contrôle technique.

12h35 : Edouard Philippe s’exprime

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation ». « Ces violences doivent cesser », a continué le Premier ministre, qui a également indiqué « cette colère prend sa source dans une profonde injustice ». « Cette colère, je l’entends. »

 

12h15 : Un « gilet jaune » écope de huit mois de prison ferme pour des violences « inexcusables » sur les CRS

Cet homme de 42 ans, jusque-là inconnu de la justice, participait à un blocage près d’un péage de l’A8, du côté d'Antibes. Le quadragénaire a été identifié sur les photos et vidéos de la scène, frappant violemment la tête d’un CRS.

«Gilets jaunes» à Antibes: Huit mois de prison pour des violences «inexcusables» sur les CRS

 

11h57 : Le match PSG - Montpellier HSC reporté

A la demande de la préfecture de police, la LFP (Ligue de football professionnelle) « reporte la rencontre Paris Saint-Germain - Montpellier HSC, comptant pour la 17e journée de Ligue 1 Conforama », initialement prévue ce samedi à 16h, a indiqué l’organisation, ce mardi. Le motif du report n'a pas été précisé. « La Commission des Compétitions de la LFP fixera ultérieurement la date de la rencontre », ajoute-t-elle.

 

11h51 : 5 interpellations après le saccage du péage de Virsac

Cinq personnes ont été interpellées mardi matin, en lien avec le saccage il y a deux semaines d’un péage sur l’A10 à Virsac (Gironde), l’une des dégradations les plus importantes du début du mouvement des « gilets jaunes », a-t-on appris auprès du parquet. Les cinq suspects interpellés sont des hommes d’une vingtaine d’années, demeurant tous en Gironde, et qui pour trois d’entre eux au moins, ont des antécédents judiciaires, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Ils ont été placés en garde à vue.

 

11h45: Le casse-tête du dialogue entre les «gilets jaunes» et le gouvernement

Le Premier ministre recevait ce lundi les représentants des partis politiques et devait rencontrer mardi une délégation du mouvement. Mais la situation tourne comme vendredi dernier au fiasco​. 

 

11h41: Le Premier ministre s’exprimera à 13h à la télévision

Edouard Philippe s’exprimera à 13h, à la télévision, indiquent plusieurs journalistes présents ce mardi à l’Assemblée nationale.

 

11h36: A Toulouse, la contestation des lycéens se durcit

Comme vendredi puis lundi, plusieurs lycées de Toulouse et de la région sont touchés par des blocages et départs de feu. Un impressionnant incendie s’est notamment déclaré au lycée Saint-Exupéry, à Blagnac.

VIDEO. Toulouse: La contestation des lycéens se durcit, les points chauds se multiplient et un lycée est en feu à Blagnac

 

11h31 : Christophe Castaner a rencontré les syndicats de policiers

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d’État, Laurent Nunez, ont rencontré ce matin les représentants des organisations syndicales représentatives de la police nationale. Ils « ont échangé leurs analyses sur l’évolution nécessaire de la gestion de l’ordre public pour faire face à ces comportements inadmissibles », indique la place Beauvau dans un communiqué.

11h18: « On doit apaiser la situation pour éviter qu’elle dégénère »

Édouard Philippe a confirmé mardi matin pendant la réunion de groupe des députés LREM et MoDem, le choix du gouvernement d'un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants, une revendication majeure des «gilets jaunes», ont rapporté à l'AFP des participants à la réunion. «On doit apaiser la situation pour éviter qu'elle dégénère», a expliqué de même source le Premier ministre, qui fera une déclaration télévisée à la mi-journée.

 

10h51: Des lycées toujours bloqués, surtout à Marseille

Plusieurs dizaines de lycées sont toujours perturbés mardi matin en France, dans la poursuite du mouvement commencé lundi et porté par la vague de contestation des « gilets jaunes », selon les données du ministère de l’Éducation nationale. C’est à Marseille que les lycéens sont le plus mobilisés : la ville compte 21 établissements perturbés, dont dix en blocage total, a-t-on indiqué de même source. Au total, 23 lycées sont perturbés sur l’académie de Marseille-Aix-en-Provence.

 

Sur l’académie de Créteil, 32 établissements sont touchés en début de matinée, dont cinq bloqués totalement. Pour les autres, les lycéens contestataires ont installé des poubelles devant les grilles ou mis en place un barrage filtrant aux entrées.

10h45 : Le débat mercredi à l’Assemblée sera suivi d’un vote

Le débat mercredi à l’Assemblée nationale sur la crise des « gilets jaunes » sera suivi d’un vote des députés qui n’engagera pas la responsabilité du gouvernement, a appris l’AFP mardi de source parlementaire à l’issue de la conférence des présidents à l’Assemblée.

Ce débat sur la « fiscalité écologique et ses incidences sur le pouvoir d’achat » se tiendra à partir de 15h00 en lieu et place de la traditionnelle séance de questions au gouvernement.

10h39 : Les interpellations du week-end en chiffres

Samedi, 412 personnes ont été interpellées, et 370 placées en gardes à vue. Parmi elles, 336 majeurs et 34 mineurs.

 

Sur les 34 mineurs placés en garde à vue :
- 17 ont vu leurs procédures classées sans suite.
- 13 ont été déférés au parquet.
- 4 ont été convoqués devant le juge des enfants en vue d'une mise en examen.

Sur les 336 majeurs :
- 163 ont été déférés au parquet dimanche et lundi.
- 50 devaient aussi être déférés hier soir ou ce matin.
- 1 personne a été convoqué ultérieurement devant le tribunal correctionnel.
- 122 procédures ont été classées sans suite.

Sur les 163 premiers majeurs à avoir été déférés au parquet :
- 11 procédures en CRPC («plaider coupable»)
- 62 rappels à la loi.
- 17 ont été convoqués ultérieurement avec placement sous contrôle judiciaire.
- 73 ont été jugés en comparution immédiate.

 

10h31: La SPA annule le Noël des animaux

« A la suite des violences de ce week-end, la SPA (Société protectrice des animaux) a pris la décision d’annuler son évènement du Noël des animaux initialement prévu place de la République à Paris ce week-end », a annoncé l’association dans un communiqué, ce mardi. Les 5.000 « pensionnaires qui attendent dans nos refuges » sont les « premières victimes » de cette annulation, déplore son président, Jacques-Charles Fombonne.

L’association invite donc « toutes les personnes qui avaient le projet d’adopter un animal lors de cette manifestation » à se rendre dans les refuges de la SPA.

10h06: Un centre des finances publiques incendié dans les Bouches-du-Rhône

Deux personnes, dont l’une portait un gilet jaune, ont tenté d’incendier le centre des finances publiques de Saint-Andiol (Bouches-du-Rhône), dans la nuit de lundi à mardi, apprend 20 Minutes de source proche du dossier. Elles ont brisé une vitre à l’entrée du bâtiment et lancé à l’intérieur un cocktail Molotov. Le percepteur, qui vit sur place, a éteint l’incendie et prévenu les secours. L’enquête a été confiée à la brigade de recherche de Salon-de-Provence.

9h51: Les « gilets jaunes » envisagent de créer une liste pour les Européennes

Alors qu’il a refusé de venir à la réunion prévue avec Edouard Philippe, ce mardi à Matignon, Jean-François Barnaba, « gilet jaune » venu de l’Indre, a expliqué, au micro de Franceinter, travailler à une liste de candidats pour les élections européennes prévues en mai 2019.

 

9h45: Le Rassemblement national, grand gagnant de la crise des « gilets jaunes »

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, c’est au Rassemblement nationale de Marine Le Pen que la crise des « gilets jaunes » profite le plus.

« Son parti fait un bond de cinq points (33 %) et se retrouve au coude-à-coude, pour la première fois du quinquennat, avec les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon (34 %, -1). En quelques mois, elle a regagné treize points », détaille Paris Match.

9h44: Édouard Philippe va bien s’exprimer aujourd’hui, confirme Matignon

Édouard Philippe devrait s’exprimer publiquement dans la journée, a déclaré Matignon sans confirmer la teneur de ses annonces. « Le premier ministre souhaite d’abord se rendre à la réunion de groupe. Il fera une déclaration dans la journée », a expliqué l’entourage du premier ministre.

9h42: Pour Xavier Bertrand, « le moratoire n’est qu’un préalable »

« Le moratoire sur l’augmentation de taxes sur le carburant n’est qu’un préalable, il faut aussi geler l’augmentation des taxes sur l’énergie », a estimé Xavier Bertrand, le président du conseil régional des Hauts-de-France, sur le plateau de RMC.

L’ancien ministre en a profité pour proposer une prime de pouvoir d’achat : « Mettons en place une prime de pouvoir d’achat qui viendrait en plus des salaires. Par exemple, si le chef d’entreprise décide de verser 500 euros à ses salariés une ou deux fois par an, il ne payera pas de charge ni d’impôt, et idem pour le salarié », a-t-il suggéré.

 

9h36: Un moratoire « indispensable » pour Eric Ciotti

« C’était indispensable. Je suis satisfait qu’il y ait cette interruption », a réagi Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, au micro de franceinfo.

9h29: L’Union nationale lycéenne appelle à poursuivre la mobilisation

« Le moratoire ne suffira pas », a réagi l’Union nationale lycéenne, un des syndicats lycéens qui a appelé au blocage des établissements ce lundi, contre la réforme du bac et de Parcoursup. « Nous exigeons de vraies mesures éducatives », a expliqué le syndicat qui appelle les lycéens à se mobiliser le 11 décembre prochain.

 

9h27: Le moratoire ne satisfait pas les « gilets jaunes libres »

« On va pas se faire endormir par un moratoire, les revendications sont beaucoup plus larges que cela », a déclaré Benjamin Cauchy, membre des « gilets jaunes libres », au micro de franceinfo.

«Nous attendons toujours des états généraux de la fiscalité (...), sur le volet social, on attend également des gestes sur la revalorisation des salaires (...) nous attendons un électrochoc politique concernant la représentativité des citoyens», a-t-il ajouté. 

9h24: « Évidemment pas à la hauteur », estime Marine Le Pen

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a estimé que le moratoire à venir sur la hausse des taxes sur les carburants n’était « évidemment pas à la hauteur des attentes » des Français.

« Un moratoire sur les taxes est envisagé. Mais un moratoire n’est qu’un report. Ça n’est évidemment pas à la hauteur des attentes et de la précarité dans laquelle se débattent les Français », a-t-elle réagi dans un tweet.

9h21: « Mieux vaut tard que jamais » pour Ségolène Royal

« Mieux vaut tard que jamais » mais il faut aussi un coup de pouce au Smic, a réagi mardi Ségolène Royal sur le moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants.

« Mieux vaut tard que jamais. Cette décision aurait dû être prise dès le départ, dès l’émergence du conflit, dont on sentait qu’il allait être très très dur car on voyait la rage, l’exaspération, notamment des retraités », a réagi l’ancienne ministre socialiste de l’Écologie sur Radio Classique.

« Il fallait retirer les choses tout de suite. Elles sont retirées maintenant mais plus vous laissez pourrir un conflit, plus il faut lâcher ensuite en contrepartie », a-t-elle ajouté. « Il y a la question de la hausse du Smic (…) Oui, cette question d’un coup de pouce doit être mise sur la table », a-t-elle précisé.

 

9h17: « La colère éclate alors même que les premiers résultats arrivent », estime Blanquer

« La colère éclate alors même que les premiers résultats arrivent », a estimé, ce mardi matin, dans la Provence le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer.

Le ministre a assuré que la crise actuelle tenait notamment à « la métropolisation des territoires » et à la « pression fiscale (…) largement antérieure à l’arrivée d’Emmanuel Macron ». Il a jugé le mouvement actuel « paradoxal », alors que « les premiers résultats arrivent avec l’augmentation du pouvoir d’achat mesurée par l’Insee et une hausse record des investissements privés en France, vecteurs des emplois futurs ».

Concernant la réforme des lycées, alors que de nombreux établissements ont été bloqués ce lundi, Jean-Michel Blanquer a assuré que « chaque lycée aura plus de choix (de spécialités) qu’actuellement ». Pour lui, la réforme apportera « plus de liberté et de réussite pour tous les élèves où qu’ils habitent ».

9h15: La réunion entre Edouard Philippe et les représentants des « gilets jaunes » annulée

Matignon a également confirmé, ce mardi matin, l’annulation de la réunion avec des « gilets jaunes » prévue dans l’après-midi, après avoir entendu lundi de nombreux responsables politiques lui demander un moratoire sur la hausse des taxes.

L’annulation de cette réunion n’est pas une surprise, les représentants des « gilets jaunes libres », qui avaient appelé dimanche à une sortie de crise, ont annoncé dès lundi qu’ils ne se rendraient pas rue de Varenne, notamment pour « raisons de sécurité ». Et la première réunion, vendredi, avait viré au fiasco : seules deux personnes avaient honoré le rendez-vous.

Parmi les membres historiques les plus connus des « gilets jaunes », Éric Drouet a appelé à l’intensification du mouvement de contestation lors de nouvelles manifestations samedi prochain, plutôt que de « négocier avec un gouvernement qui perd de toute part ».

9h12 : Edouard Philippe va annoncer un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants

Le Premier ministre Édouard Philippe va annoncer, ce mardi, un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants, prévue le 1er janvier, afin de tenter d’apaiser la fronde des « gilets jaunes », ont indiqué des sources gouvernementales.

Ce moratoire de plusieurs mois, ou « suspension » dans sa qualification gouvernementale, doit être assorti d’autres mesures d’apaisement, selon ces sources. Le chef du gouvernement doit présenter les arbitrages de l’exécutif, décidés lundi soir à l’Élysée sous la présidence d’Emmanuel Macron, devant les députés LREM en réunion de groupe parlementaire mardi matin à l’Assemblée, a par ailleurs indiqué une source gouvernementale.

9h05: Bonjour et bienvenue dans ce live

Suivez avec nous en direct la suite de la mobilisation des «gilets jaunes».