Tweet polémique de Gérald Darmanin: Le ministre enfonce le clou

CLASH Pour protester contre le message posté par Gérald Darmanin, le Sénat a suspendu, vendredi l’examen du projet de budget 2019...

20 Minutes avec AFP
— 
Gerald Darmanin, le 21 novembre 2018 à Paris. Credit:VILLARD/SIPA.
Gerald Darmanin, le 21 novembre 2018 à Paris. Credit:VILLARD/SIPA. — SIPA

Pas question de courber l’échine face au mécontentement. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, dont un tweet a provoqué la suspension de l'examen du budget 2019 au Sénat, a réitéré dimanche son opposition exprimée dans son message à un amendement du parti Les Républicains exonérant partiellement des impôts les élus des grandes et petites communes.

« Non je ne le regrette pas », a dit le ministre dans l’émission Le Grand Jury organisée par RTL/Le Figaro et LCI, en répétant son rejet d’un amendement du parti les Républicains qui « établit une franchise de 1.500 euros pour tous les élus » alors que dans « l’exposé des motifs c’était destiné aux petits élus ». « Les élus des petites communes sont des fantassins de la République et doivent être aidés », a-t-il dit, en soulignant que le gouvernement « y est favorable » et a proposé ce type de mesures dans le futur statut de l’élu.

Selon lui, il n’y avait « aucune provocation dans le tweet »

Gérald Darmanin a estimé qu'« autoriser le maire d’une grande ville à avoir une franchise fiscale, ce n’est pas juste », en soulignant qu’il serait probablement concerné s’il redevient maire quand il ne sera plus ministre car « en tant que maire de Tourcoing je gagnais plus de 5.000 euros ». Il a également noté le contexte alors qu’on est « en plein mouvement des gilets jaunes, de contestation de l’impôt ».

« Quels seraient ces politiques qui s’exonéreraient du paiement de l’impot en partie alors que les Francais disent qu’il y a un ras le bol fiscal ? » Selon lui, il n’y avait « aucune provocation dans le tweet » et de toutes façons, « ce n’est pas au parlement de juger des tweets des ministres ni l’inverse ».

Il assure ne s’être jamais attaqué à Gérard Larcher

« Le Sénat ne va pas stopper ses travaux et arrêter d’étudier le budget de la nation parce qu’un ministre a fait un tweet », a feint de s’étonner Gérald Darmanin, en jugeant tout cela « un peu disproportionné ». « Je n’ai eu aucune insulte, aucune attaque personnelle contre aucun sénateur à commencer par le président (du Sénat) Gérard Larcher dont je respecte la fonction et la personne », a-t-il martelé.

« Je renvoie tout le monde à regarder cet amendement à faire un travail de fact-checking, il touche tous les élus pas seulement des petites communes », a-t-il répété. « Vous ne pouvez pas me dire que les élites sont déconnectées, qu’il faut baisser les impôts et me reprocher de refuser un amendement qui fait baisser les impôts pour tous les élus et notamment pour les plus grands », a-t-il encore dit.

Le Sénat « a raison » de poser la question des élus ruraux des communes de moins de 1.000 habitants mais « ce n’était pas le contenu de cet amendement », a ajouté Gérald Darmanin.