La République en marche: Le parquet de Paris ouvre une enquête sur l’origine de 144.000 euros de dons

FINANCEMENT En 2017, le parti présidentiel a perçu près de 144.000 euros de dons, par chèques, virements ou encore paiements électroniques…

M.A, T.C et L.C

— 

Le nom de Christophe Castaner, le patron de LREM a circulé pour la mairie de Marseille.
Le nom de Christophe Castaner, le patron de LREM a circulé pour la mairie de Marseille. — ALAIN JOCARD / AFP

Le parquet de Paris a ouvert, ce mardi, une enquête préliminaire sur des dons perçus, en 2017, par le parti La République en marche (LREM), dont l’origine n’a pas pu être retracée par la Commission des comptes de campagne, selon des informations d’Europe 1, dont 20 Minutes a eu confirmation.

Le 12 novembre dernier, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a alerté le parquet de Paris sur des faits « susceptibles de constituer une infraction à la législation sur la transparence de la vie publique », a expliqué une source judiciaire. Ce signalement « fait suite au contrôle des justificatifs de recettes transmis par l’association du financement du parti LREM », a ajouté cette même source.

Des donateurs impossibles à identifier

Mais la CNCCFP n’a pas réussi à déterminer l’origine de 144.000 euros de dons, perçus par chèques, virements ou encore paiements électroniques, par le parti présidentiel en 2017. Dans la législation française, un donateur ne peut pas verser plus de 7.500 euros, par an, à un parti politique. Pour le parquet de Paris, l’impossibilité d’identifier les donateurs de ces 144.000 euros justifie l’ouverture d’une enquête préliminaire. Cette dernière a été confiée à la police anticorruption de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLICCF).

« Nous avons découvert par voie de presse la décision du parquet d’ouvrir une enquête (…). Nous prenons acte sereinement de cette décision », a réagi le mouvement dans un communiqué. « LREM fournira évidemment toutes les informations aux enquêteurs afin de lever tous les éventuels soupçons », est-il ajouté.

Le nouveau procureur de la République vient de prendre ses fonctions

Ces investigations sont lancées alors que le nouveau procureur de la République de Paris Rémy Heitz vient tout juste de prendre ses fonctions. Sa nomination avait été au coeur d’une vive polémique en septembre, qui a vu l’Élysée accusé d’intervention et a relancé le débat sur l’indépendance du parquet.

Le chef de file de la France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, qui avait contesté avec virulence les perquisitions menées chez lui et au siège de son mouvement​ mi-octobre dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris, a aussitôt réagi sur Twitter.

« Il y aura aussi des perquisitions à domicile ? Le fichier des adhérents et donateurs sera confisqué aussi ? Ou bien ce sera ouvertement deux poids deux mesures ? », a-t-il écrit.