Rémunération des conseillers: Griveaux reconnaît une hausse de 27%, mais dénonce un «tir aux pigeons»

SALAIRES Le magazine «Capital» avait pointé des fortes augmentations de rémunérations dans les cabinets de Benjamin Griveaux et de Marlène Schiappa... 

20 Minutes avec AFP

— 

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

S’il a démenti les chiffres évoquées par le magazine Capital, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a reconnu, ce lundi, la hausse de 27 % de la rémunération de son cabinet, avant de dénoncer le « tir aux pigeons » contre la classe politique.

Selon l’annexe au projet de loi de finances 2019, la rémunération brute totale des cinq membres du cabinet de Benjamin Griveaux est passée de 295 530 euros en 2017 à 550 782 euros en 2018, soit une augmentation de 86,4 %, avait annoncé le magazine Capital. « C’est faux », a réagi le porte-parole du gouvernement, au micro d'Europe 1, dénonçant « une mise en cause bien rapide qui donne peu la parole à la défense ». Le vrai chiffre, « c’est 27 % », a-t-il toutefois admis.

Près de 311 conseillers de cabinet, contre 596 sous Sarkozy ou 522 sous Hollande

Le chiffre de la ligne « rémunération brute totale » pour 2017 est « erroné », car il inclut la rémunération de seulement quatre conseillers, et non des cinq du cabinet, ce qui crée une base de comparaison défavorable dans le document en l’état, a détaillé le cabinet de Benjamin Griveaux. La rémunération pour 2017 est de 431 580 euros, et non de 295 530 euros, a-t-on précisé, ce qui ramène la hausse en 2018 à 27,6 % par rapport à 2017.

Benjamin Griveaux a également justifié cette progression par le fait que ses conseillers «sont plus expérimentés et plus âgés» que les précédents. Si la rémunération totale de son cabinet est « 2,2 % au-dessus de la moyenne des cabinets », le quinquennat Macron compte 311 conseillers de cabinet, contre 596 sous Sarkozy ou 522 sous Hollande, a-t-il aussi fait valoir. « J’en ai assez que la classe politique soit en permanence victime d’un tir aux pigeons », a-t-il ajouté.

« De 10 % ou 15 %, je ne trouve pas ça déraisonnable après dix-huit mois à travailler »

Citée également par le magazine, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a souligné que les chiffres « ne sont pas des chiffres exacts ». Selon l’annexe au PLF, la rémunération brute totale de ses quatre conseillers en 2018 était de 435 784 euros, en hausse de 25,9 % par rapport aux 346 046 euros de 2017 (pour cinq conseillers).

« Mon ancienne directrice de cabinet venait de l’administration, donc c’était sur un autre compte », s’est-elle défendue, et « j’ai une nouvelle directrice de cabinet qui n’est pas rémunérée sur la base de l’administration, donc ce sont des jeux [d’écriture], mais il n’y a pas d’augmentation de salaire », a-t-elle plaidé, avant de reconnaître que « des conseillers ont été augmentés ». « De 10 % ou 15 %, je ne trouve pas ça déraisonnable après dix-huit mois à travailler sept jours sur sept d’arrache-pied », a-t-elle dit.