Nice: La «main tendue», dans une lettre ouverte, d'Estrosi à Ciotti, qui aurait préféré un appel privé

POLITIQUE Après des mois d'affrontement, le maire LR de Nice fait un pas vers son allié devenu frère ennemi... 

M.F.

— 

De la bise à l'indifférence, c'est l'anamour entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, deux pontes du parti LR.
De la bise à l'indifférence, c'est l'anamour entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, deux pontes du parti LR. — VALERY HACHE / AFP
  • Christian Estrosi et Eric Ciotti se livrent une guerre politique ouverte depuis plusieurs mois.
  • Pour la première fois, une tentative d’apaisement voit le jour.

Il a tendu la main à Eric Ciotti dans une lettre. Après plusieurs mois de confrontation politique et idéologique, Christian Estrosi a adressé un courrier d’apaisement à son ancien allié devenu frère ennemi.

Une lettre d’apaisement qui commence par… des reproches. « Depuis plusieurs mois, tu alimentes des critiques sans précédent sur la gestion de la ville de Nice et de la métropole (…), écrit le maire LR de Nice dans une missive publiée par Nice-Matin. Dans le même temps, tu dénonces aujourd’hui des projets que nous conduisons alors qu’il y a quelques mois encore tu en étais un ardent soutien. »

Tous les sujets sensibles entre les deux leaders de la droite azuréenne sont passés en revue, des divergences politiques nationales à la fiscalité. Dans son courrier, Christian Estrosi assume « les divergences » : « Nous avions jusqu’à présent réussi à les surmonter, pointe-t-il. Ces divergences existent au plan national »

« Nous retrouver dans la voie de la raison »

« Pour Nice, pour sa métropole, pour notre département, je veux te lancer aujourd’hui un appel solennel : celui du dialogue, de la main tendue, de l’unité, sans condition et sans excès, poursuit Christian Estrosi. Ma porte a toujours été ouverte car j’ai toujours cherché à être le maire de tous. Je t’invite à saisir cette opportunité plutôt que de persévérer dans la voie de l’opposition. Dans l’espoir de nous retrouver dans la voie de la raison. »

« J’apprends par la presse qu’une lettre de Christian Estrosi m’invitant au dialogue m’aurait été adressée. Lorsque je l’aurai j’y répondrai avec bonheur. Mais pourquoi un courrier personnel est d’abord divulgué aux journalistes et d’autres élus : sans doute les pratiques du Nouveau Monde ?, a réagi Eric Ciotti sur Twitter. Je dis à Christian que ma porte est toujours ouverte, dans la fidélité à mes valeurs et à Nice. J’ai toujours souhaité confronter nos divergences sans tabou. Quant à mon numéro de portable, lui non plus n’a pas changé depuis 23 ans… »

Dans un peu plus d’un an se tiendront les élections municipales. Les deux chefs de la droite azuréenne pourraient s’affronter pour emporter la tête de la ville de Nice. A moins que la lettre ne porte ses fruits.