Européennes: Marine Le Pen moque un président en «panique»

CLIP Le RN et le parti présidentiel LREM sont au coude-à-coude dans les intentions de vote, selon un sondage Ifop publié ce dimanche…

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen en meeting à Mantes-la-ville, le 23 septembre 2018.
Marine Le Pen en meeting à Mantes-la-ville, le 23 septembre 2018. — Lucas BARIOULET / AFP

Après l’interview d’Emmanuel Macron, ce mardi sur Europe 1, et la diffusion du clip gouvernemental sur le danger des nationalismes en Europe, Marine Le Pen a moqué, ce mardi à la sortie de l’hémicycle, un président « en panique ».

Lors de son interview accordée à Europe 1 et diffusée ce mardi, Emmanuel Macron a exprimé son inquiétude face à la montée des nationalismes en Europe, disant espérer que le parti de Marine Le Pen « ne gagnera pas » et que « d’autres forces politiques qui sont dans le champ politique républicain l’emporteront ». Un clip, diffusé par le gouvernement la semaine dernière, appelle les citoyens à voter aux prochaines européennes, affichant l’Italien Matteo Salvini et le Hongrois Viktor Orban comme repoussoirs.

« C’est d’un ringard absolu »

La présidente du Rassemblement national (RN, ex FN)​ a estimé que les deux sujets « apportaient la preuve d’une véritable panique du pouvoir face à une séquence électorale dont il sait qu’elle va très probablement être pour lui une raclée électorale ». Le RN et le parti présidentiel LREM sont au coude-à-coude des intentions de vote aux élections européennes, selon un sondage Ifop publié ce dimanche.

Les propos d’Emmanuel Macron ne sont pas « très nouveaux dans la vie politique française (…) j’ai l’impression d’avoir entendu ça toute ma vie : l’Europe, c’est la paix. Les nations, c’est la guerre, le rassemblement national est hors du champ républicain. C’est d’un ringard absolu », a lancé la dirigeante d’extrême droite. Le spot gouvernemental utilise « les moyens de l’État » pour un « clip à vocation électorale », a également dénoncé la finaliste de la présidentielle de 2017, jugeant le procédé contraire « aux règles de financement des campagnes ».