Municipales: Griveaux, Mahjoubi, Villani... Pourquoi les marcheurs s'intéressent-ils autant à Paris?

EFFET DE MODE Plusieurs cadres de La République en marche se disent intéressés par les municipales dans la capitale en 2020...

Thibaut Le Gal
— 
Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux
Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux — Patrick KOVARIK / AFP
  • Cédric Villani s’est dit « candidat à la candidature » pour 2020, dans un entretien au JDD.
  • Le député n'est pas le seul candidat puisque deux ministres ont également fait part de leur intérêt pour la mairie de Paris.

Paris attise l’appétit des marcheurs. Cédric Villani s’est dit « candidat à la candidature » pour 2020, dans un entretien au JDD. Le député de La République en marche rejoint la longue liste des prétendants.

Le secrétaire d’Etat Mounir Mahjoubi*, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et le vice-président de l’Assemblée nationale Hugues Renson, ne cachent en effet plus leurs ambitions parisiennes. Mais pourquoi la capitale attire-t-elle autant la macronie ?

« Le maire de Paris aura un rôle au moins aussi important que celui de Premier ministre »

Si la ville intéresse jusqu’aux ministres, c’est qu’elle offre un statut politique indéniable : « le maire de Paris aura un rôle au moins aussi important que celui de Premier ministre, et pèsera forcément dans les débats à l’avenir », glisse un proche du chef de l’Etat. La tête de liste à Paris devrait être connue au cours du premier semestre 2019, après les Européennes. Un comité de pilotage de 12 personnes, coordonné par le député Pacôme Rupin, a été mis en place pour préparer la campagne.

« Ce comité a été décidé et fabriqué dans le bureau de Benjamin Griveaux. Mais l’initiative a obligé les autres candidats à entrer dans la bataille pour ne pas lui laisser le champ libre. Ça a accéléré le calendrier », regrette un marcheur engagé à Paris. « Il aurait fallu laisser le mouvement faire le travail avant de lancer la compétition. Ça nous aurait évité de donner une image de politique à l’ancienne… »

« Tout cela montre qu’aucun candidat naturel ne s’est imposé »

Longtemps cité comme favori, Benjamin Griveaux a vu depuis quelques semaines grandir l’intérêt de ses « amis » marcheurs. Outre Mahjoubi et Renson, Julien Bargeton, porte-parole des sénateurs LREM et Anne Lebreton, adjointe au maire du 4e arrondissement de Paris, se sont également placés sur la ligne de départ. « Tout ça montre qu’aucun candidat naturel ne s’est imposé. Sinon, Emmanuel Macron n’aurait pas laissé Mahjoubi, un autre ministre, concurrencer Griveaux… », souffle le militant.

« Je suis convaincu que le président n’a pas encore tranché, mais si Benjamin se montre intéressé, c’est qu’il a reçu l’aval de l’Elysée », pousse un de ses soutiens, également proche d’Emmanuel Macron. Dans l’entourage du porte-parole du gouvernement, on ne s’inquiète pas outre mesure. « Les candidatures ne changent rien au calendrier. La première étape est de sonder les Parisiens pour nourrir le début d’un programme. Le temps de l’incarnation est prématuré ». Et de glisser, l’air de rien : « Mais le fait que le président ait demandé à Benjamin Griveaux d’organiser les conditions d’une candidature de changement à Paris peut vous donner une indication sur sa préférence ».

Un contexte politique favorable

L’ambition des marcheurs peut aussi s’expliquer par un contexte politique favorable. Emmanuel Macron a fait près de 3 % au premier tour de la présidentielle dans la capitale et depuis plusieurs mois, Anne Hidalgo connaît des difficultés (démission de son adjoint, critiques sur le Vélib, l’Autolib' et les quais de Seine).

« Beaucoup d’ambitions personnelles sont en train de s’affirmer. Tout va se clarifier dans les mois qui viennent mais ça n’appelle à aucun commentaire. Nous, nous sommes dans l’action », évacue l’Hôtel de Ville. La maire de Paris reste d’ailleurs dans la course, en tête des intentions de vote (23 à 25 %), devant La République en marche (17 à 23 %) et les Républicains (21 à 23 %), selon un sondage Ifop publié en septembre dans le JDD.

*Contacté, l’entourage de Mounir Mahjoubi n’a pas répondu à nos sollicitations.