Accent moqué par Mélenchon: Une députée LREM réclame une loi contre la «glottophobie»

DISCRIMINATIONS « Est-ce que quelqu’un peut me poser une question en français et à peu près compréhensible ? Parce que votre niveau me dépasse », avait lancé Jean-Luc Mélenchon à une journaliste...

20 Minutes avec AFP

— 

Laetitia Avia, élue dans la 8eme circonscription de Paris, le 7 juin 2017. Credit:STEPHANE ALLAMAN/SIPA
Laetitia Avia, élue dans la 8eme circonscription de Paris, le 7 juin 2017. Credit:STEPHANE ALLAMAN/SIPA — SIPA

Après s'être moqué de l'accent du sud d'une journaliste, Jean-Luc Mélenchon est la cible de vives critiques. La députée de la République en marche (LREM), Laetitia Avia, de son côté, a annoncé le dépôt d’une proposition de loi contre les discriminations linguistiques ou « glottophobie ».

« Parle-t-on moins français avec un accent ? Doit-on subir des humiliations si on n’a pas d’intonations standardisées ? Pcq nos accents sont notre identité, je dépose, avec des députés @LaREM_AN, une proposition de loi pour reconnaître la glottophobie comme source de discrimination », a tweeté la députée de Paris.

L’accent fait « partie intégrante de l’identité de nombreux Français »

Le terme de « glottophobie », théorisé en 2016, fait référence à « l’accent d’une personne », a expliqué Laetitia Avia dans l’ébauche de sa proposition. Sa proposition souligne que « l’accent, qu’il soit mosellan, ch’ti, du sud, parisien ou encore banlieusard » est « partie intégrante de l’identité de nombreux Français ».

Mercredi, à la sortie de l’hémicycle, Jean-Luc Mélenchon avait humilié une journaliste qui lui posait une question, en imitant l’accent du sud de cette dernière. « Vous dites n’importe quoi. Est-ce que quelqu’un peut me poser une question en français et à peu près compréhensible ? Parce que votre niveau me dépasse », avait lancé le leader de la France insoumise dans cette séquence qui a largement été commentée sur les réseaux sociaux.