VIDEO. Vexés par Mélenchon, les Toulousains se rebiffent ( à la limite de la castagne)

BOUDU C... Les élus y mettent les formes, les Toulousains lambda se fâchent. La Ville Rose répond avec fierté à Jean-Luc Mélenchon et à ses moqueries sur l’accent…

H.M. avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon, lors d'une manifestation à Paris, en septembre 2017. Archives.
Jean-Luc Mélenchon, lors d'une manifestation à Paris, en septembre 2017. Archives. — Alfonso Jimenez/Shutter/SIPA

A Toulouse, on aime la castagne. Alors quand Jean-Luc Mélenchon moque l’accent d’une journaliste du coin comme il l’a fait mercredi dans les couloirs de l’Assemblée nationale, la riposte ne se fait pas trop attendre.

Jean-Luc Moudenc, le maire LR de Toulouse - qui ne pouvait que monter au créneau -, a choisi la voie du tweet, avec une réponse polie mais ferme, qui appelle à la rébellion.

Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, qui n’a jamais cherché à masquer son accent prononcé, conseille au leader de La France insoumise de se détendre un peu en écoutant du Zebda et le morceau L’accent tué, un peu plus profond que ses imitations gênantes. Beaucoup d’internautes lui suggèrent aussi de réécouter du Nougaro et le « torrent de cailloux qui roule dans [son] accent ».

Même les professeurs d’université s’en mêlent. « Cela peut apparaître comme une moquerie banale de se moquer ainsi de l’accent du Midi. On peut se charrier sur les accents, quand c’est réciproque, équilibré ? Mais quand ça vient d’un responsable politique, c’est vraiment déplacé », estime le linguiste Patrick Sauzet, interrogé par France 3 Occitanie. D’autres « Toulousaings » assumés mettent leur grain de sel.

Enfin, les plus observateurs font remarquer que Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête à Toulouse au 1er tour de la présidentielle, et que l’accent de ces voix lui importait peu à l’époque…