Remaniement: Viré de LR, rapporteur d'Hadopi... Qui est Franck Riester, le nouveau ministre de la Culture?

PORTRAIT Franck Riester prend la place de Françoise Nyssen à la Culture...

L.C. et T. L.G.

— 

Franck Riester arrive au ministère de la Culture le 16 octobre 2018.
Franck Riester arrive au ministère de la Culture le 16 octobre 2018. — Jacques Witt/SIPA
  • Françoise Nyssen a passé le flambeau à Franck Riester ce mardi au ministère de la Culture.
  • L’ancien membre de LR avait créé un parti prônant un soutien « constructif » à la majorité présidentielle dès 2017.
  • Le nouveau ministre est un expert des dossiers culturels et numériques.

Françoise Nyssen, fragilisée depuis quelques mois, a finalement quitté le ministère de la Culture ce mardi à la faveur du remaniement. C’est Franck Riester, 44 ans, qui reprend son portefeuille. Cet ancien cadre des Républicains, député de Seine-et-Marne, avait fondé il y a un an le parti Agir, prônant un soutien « constructif » à l’exécutif. Le voici désormais intégré à cette majorité. 20 Minutes revient sur son parcours.

Elu depuis qu’il a 21 ans

Il s’engage en politique dès ses 21 ans, en étant élu au conseil municipal de Coulommiers sous l’étiquette RPR, avant de devenir maire en 2008. Il appartient à une famille de notables implantée de longue date en Seine-et-Marne : son arrière-grand-père était déjà maire de Coulommiers.

Diplômé de l’Institut supérieur de gestion (ISG) et titulaire d’un master de gestion des collectivités territoriales décroché à l’Essec, celui qui se définit comme « chef d’entreprise » a travaillé dans un cabinet d’audit et de conseil avant de reprendre l’entreprise familiale de concessions automobiles Peugeot.

Lemairiste, puis juppéiste, puis macroniste

Porte-parole du candidat Sarkozy en 2012, le parlementaire s’illustre l’année suivante en étant l’un des deux seuls de son groupe, avec Benoist Apparu, à voter la loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Un texte « historique » à ses yeux.

Franck Riester soutient Bruno Le Maire lors de la primaire de la droite en 2016, avant de rallier Alain Juppé au second tour. A l’époque, il n’est pas tendre avec Emmanuel Macron, en témoigne ce tweet publié en août 2016 :

Puis les révélations sur Pénélope Fillon changent la donne : il quitte la campagne du candidat LR en mars 2017, et demande « solennellement » à l’ancien Premier ministre de se retirer de la course à l’Élysée. Entre les deux tours de la présidentielle, il se démarque à nouveau de la position du parti, jugeant « irresponsable et dangereux de cautionner le vote blanc » et appelle à voter Macron. Dès l’arrivée de ce dernier à l’Elysée, Franck Riester espérait un ministère.

A droite, sa nomination suscite l’indifférence. « Tout sauf une surprise », tranche Julien Aubert, député LR. « Un non-événement », soupire un cadre LR. « Ça fait bien longtemps qu’il s’est éloigné de la droite et qu’il désire entrer au gouvernement ».

Fondateur du parti Agir

Viré des Républicains, le député lance en novembre 2017 son propre parti, Agir, avec une poignée d’anciens LR pour mieux s’opposer à la ligne de Laurent Wauquiez jugée « identitaire, eurosceptique, ultra-conservatrice ». Dans l’hémicycle, ses membres soutiennent régulièrement la majorité présidentielle.

L’ancien maire de Coulommiers ne sera pas perdu au gouvernement. « Il rejoint des personnes qu’il connaît bien, Edouard Philippe, ou Bruno Le Maire avec qui il a fait campagne lors de la primaire », souligne Fabienne Keller, sénatrice Agir du Bas-Rhin.

Spécialiste de la culture et de Hadopi

A l’Assemblée, il a siégé à la Commissions des affaires culturelles de 2007 à 2017. Franck Riester a notamment été rapporteur en 2009 des deux projets de loi sur la propriété littéraire et artistique sur Internet.

« Franck est investi sur les sujets culturels depuis de longues années. Il connaît bien les dossiers culturels d’aujourd’hui, on l’a vu sur le numérique, Hadopi. C’est un homme de valeurs qui agira pour faire rayonner la culture française en Europe et dans le monde », se réjouit Fabienne Keller.