Dernière ligne droite avant le remaniement

COMPTE A REBOURS Le nouveau gouvernement pourrait être annoncé dans quelques heures, avant la prochaine session de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, mardi à 15 heures…

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe et Emmanuel Macron à l'Elysée le 30 octobre 2017.
Edouard Philippe et Emmanuel Macron à l'Elysée le 30 octobre 2017. — LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Le remaniement va-t-il être annoncé aujourd’hui ? Alors que Gérard Collomb a démissionné il y a près de deux semaines, le remaniement devrait avoir lieu très prochainement. Si l’opposition pointe des hésitations et des désaccords au sommet de l’exécutif, les soutiens d’Emmanuel Macron, eux, font l’éloge du temps pris par le gouvernement.

Prévu initialement mardi dernier, puis attendu vendredi, le remaniement n’a finalement pas eu lieu. Mais le nouveau gouvernement pourrait être annoncé dans quelques heures, avant la prochaine session de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, mardi à 15 heures. Le Premier ministre, Edouard Philippe, qui assure l’intérim au ministère de l’Intérieur doit déjeuner avec Emmanuel Macron, ce lundi midi, après un déplacement à Nantes dans la matinée.

Un ministère de l’Intérieur divisé en deux

Pour remplacer Gérard Collomb, qui a quitté la place Beauvau le 2 octobre dernier, le nom de Christophe Castaner, délégué général de La République en marche (LREM), est celui qui revient avec le plus d’insistance. L’option consistant à associer à son profil très politique une personnalité extérieure a conduit différentes sources à citer l’hypothèse d’un duo avec l’ancien patron de la police nationale Frédéric Péchenard, un proche de Nicolas Sarkozy. Une solution qui déplaît aux Républicains, et particulièrement à Laurent Waquiez. Frédéric Péchenard est actuellement le vice-président de la région Ile-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, sa concurrente au sein du parti.

Parmi les sortants possibles figurent Françoise Nyssen (Culture), Jacques Mézard (Cohésion des Territoires) ou Stéphane Travert (Agriculture). Ce dernier, selon son entourage, pourrait prendre des responsabilités à LREM en cas d’entrée de Christophe Castaner place Beauvau. Les centristes du MoDem pourraient récupérer un ou deux portefeuilles, comme Marc Fesneau, leur chef de file à l’Assemblée, alors que les noms des ex-socialistes Juliette Méadel et Didier Guillaume sont également cités.

Un « bras de fer » entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe ?

Depuis plusieurs jours, l’opposition évoque un « bras de fer » entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Pour ce remaniement, ces deux derniers doivent réussir à maintenir un équilibre entre les sensibilités politiques (gauche/droite/centre), la parité hommes/femmes et les parcours (professionnels de la politique ou issus de la société civile). « Le Premier ministre a organisé pendant dix jours un bras de fer avec le président de la République. C’est un signe d’affaiblissement quasi-total de l’Etat », a fustigé Jean-Luc Mélenchon, le patron des Insoumis, dimanche.

Valérie Rabault, chef de file des députés PS, a, elle, dénoncé une attente « irresponsable », ajoutant qu’aucun député socialiste n’avait « envie de rejoindre le gouvernement ». L’exécutif, sans nier des « discussions », a balayé ces rumeurs de désaccord. Les choses avancent « dans le calme », a insisté vendredi Emmanuel Macron. Le président du MoDem, François Bayrou, a, pour sa part, loué le refus d’Emmanuel Macron de céder à la « pression » et sa volonté de faire le tri entre « l’accessoire », c’est-à-dire « l’agitation » du microcosme, et « l’essentiel » que sont « les missions » qui incombent au futur gouvernement.