Déplacement: Emmanuel Macron est arrivé en Arménie pour la francophonie et Aznavour

DIPLOMATIE Emmanuel Macron devrait défendre son approche « décrispée » de la francophonie dans le contexte du « plurilinguisme » mondial...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron est en Arménie pour le 17e Sommet de la francophonie
Emmanuel Macron est en Arménie pour le 17e Sommet de la francophonie — LUDOVIC MARIN / AFP

Le président Emmanuel Macron est arrivé mercredi soir en Arménie où il participera au 17e Sommet de la francophonie et célébrera la mémoire de Charles Aznavour, mort le 1er octobre à 94 ans, dans le pays de ses parents.

Le chef de l'Etat est accompagné de son épouse Brigitte, du chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian et de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, a annoncé son entourage.

Il avait quitté Paris en pleins préparatifs du remaniement du gouvernement à la suite de la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Une approche « décrispée » de la francophonie

Ce jeudi matin, il participera à l’ouverture du sommet de la francophonie, qui réunit une cinquantaine de dirigeants dont le Canadien Justin Trudeau, le Belge Charles Michel et les présidents sénégalais, tchadien et libanais. Il aura une série de rencontres bilatérales avec plusieurs de ces dirigeants jusqu’à la clôture du sommet vendredi après-midi.

Dans un discours prévu pour jeudi en fin de matinée, il devrait de nouveau défendre son approche « décrispée » de la francophonie dans le contexte du « plurilinguisme » mondial.

Il est accompagné à Erevan de Leila Slimani, sa représentante pour la francophonie, de l’écrivain Erik Orsenna et de plusieurs personnalités ayant des origines arméniennes comme le compositeur André Manoukian, le producteur Alain Terzian, l’ex-footballeur Youri Djorkaeff et le maire de Lyon Georges Kepenekian.

Hommage à Charles Aznavour

Le chef de l’État consacrera plusieurs heures à rendre hommage à Charles Aznavour, l’un des plus emblématiques représentants de la diaspora d’Arménie et qui devait l’accompagner à Erevan, mais est mort le 1er octobre à l’âge de 94 ans.

Il se rendra jeudi après-midi au Centre Aznavour, sur les hauteurs de la capitale, pour une rencontre avec des proches du chanteur, dont son fils Nicolas, très impliqué dans la Fondation créée par son père.

Le soir, les époux Macron assisteront au concert hommage à l’auteur de La Bohème, qui sera célébré par des artistes arméniens et internationaux, comme Zaz, Angélique Kidjo, Serge Lama et le pianiste du chanteur, Erik Berchot. Ce concert, offert par le Premier ministre arménien Nikol Pachinian, se déroulera place de la République, en plein centre d’Erevan.

Par ailleurs, le président français se recueillera jeudi matin au mémorial dédié aux victimes du génocide arménien de 1915-16.