Réforme des retraites: Le secrétaire général de Force ouvrière veut que l’exécutif «sorte du bois»

DISCUSSIONS Une réunion multilatérale sur la réforme des retraites est prévue dans la semaine…

20 Minutes avec AFP
— 
Pascal Pavageau, secrétaire général de Force ouvrière, le 30 août 2018 à Matignon.
Pascal Pavageau, secrétaire général de Force ouvrière, le 30 août 2018 à Matignon. — SIPA

Pascal Pavageau, secrétaire général de Force Ouvrière, a de nouveau appelé ce lundi sur France Inter le gouvernement « à sortir du bois » sur la réforme des retraites, craignant « une individualisation totale du système ».

« Que le gouvernement sorte du bois : c’est quoi la réforme par points ? », a-t-il lancé, interrogé sur ce qu’il attendait de la réunion multilatérale sur le sujet prévue mercredi. FO demande depuis des semaines des précisions sur la réforme. « Le texte est prêt à 80, 90 % », assure Pascal Pavageau, qui dit « craindre une individualisation totale du système ».

Pas de « changement », regrette Pavageau

« Que le texte sorte et que l’on nous rassure », a-t-il exhorté. Le passage d’un « âge légal à 62 ans » à « un âge à 63 ans », signifie que « 40 % [des retraités] partiraient avec une décote », a-t-il dit au passage. Interrogé sur la manifestation à l’appel de la CGT et de FO mardi, il a expliqué que « nous prenons date et nous avançons ».

Toujours très critique vis-à-vis d’Emmanuel Macron, il a estimé que c’était « un chef de l’État qui refuse de travailler avec les contrepoids » et a affirmé qu’il n’avait pas « vu de changement » depuis que les syndicats et le patronat ont été reçus à l’Élysée mi-juillet.

Sur l’assurance chômage, le syndicaliste a indiqué que FO « ne participera pas à une discussion sur des éléments de dégressivité ou de baisse de niveau d’indemnisation ». « C’est un droit et on ne touche pas au droit », a-t-il prévenu. Si les partenaires sociaux, qui ont accepté de négocier une nouvelle réforme de l’assurance chômage, ne trouvent pas d’accord, « qu’il assume », a-t-il dit en faisant allusion au président.