Retour de Collomb à Lyon: « Je ne suis pas un intermittent ou un intérimaire», déclare David Kimelfeld

POLITIQUE Dans une interview au Figaro, le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld indique, à l'occasion du retour à Lyon de Gérard Collomb, qu'il a envie «de jouer un rôle en 2020»...

Elisa Frisullo

— 

David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon.
David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon. — Elisa Riberry / 20 Minutes
  • Dans une interview au Figaro, le président de la métropole de Lyon indique qu’il a envie « de jouer un rôle en 2020 ».
  • Tout en se montrant loyal avec Gérard Collomb, de retour à Lyon, il s’affirme en tant que président de la métropole et rappelle qu’il n’est « pas un intérimaire ».

S’affirmer, s’émanciper, sans pour autant paraître déloyal. Voilà l’exercice périlleux auquel se prête le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld, au lendemain du retour entre Rhône et Saône de Gérard Collomb, qui a démissionné du ministère de l’intérieur pour venir récupérer son fauteuil de maire.

Si Gérard Collomb n’a pas encore émis le souhait de reprendre son siège à la Métropole, David Kimelfeld, qui lui a succédé en 2017 lors de son départ pour Paris, a préféré ne pas attendre pour se positionner et rappeler son attachement à sa mission.

« Si demain, il souhaitait revenir à la tête de la métropole, je lui laisserai la place comme je m’y étais engagée », affirme David Kimelfeld, dans une interview au Figaro, sans pour autant endosser le costume du simple remplaçant. « Je répète que je ne suis pas un intermittent ni un intérimaire, je ne suis pas un président de la métropole passif qui attend que quelqu’un revienne, ou pas », ajoute-t-il.

Des relations dégradées avec Gérard Collomb ?

« J’ai la volonté de continuer à avancer et de dresser des perspectives », enchaîne le président de la métropole, sans cacher sa volonté « de jouer un rôle en 2020 ». Interrogé sur ses relations avec Gérard Collomb, David Kimelfeld conteste mollement toute forme de conflit. « Ce sont des spéculations portées par ceux qui pensent que réclamer un nouveau souffle est une forme d’agression (…) Il faut des différences pour réussir un rassemblement », répond le maire du IVe arrondissement de Lyon au quotidien.

Toujours est-il que le président de la métropole n’avait pas été informé du retour à Lyon de Gérard Collomb. « Son retour était attendu mais son accélération est une surprise. Je n’étais pas informé et je ne sais l’expliquer. La métropole fonctionne, elle est managée, gouvernée ».