Lyon: Les habitants ont-ils envie de revoir Gérard Collomb à la mairie?

COME-BACK Le désormais ex-ministre de l’Intérieur revient à Lyon ce mercredi en fin d’après-midi. Et son fauteuil à la mairie lui a été gardé au chaud…

Caroline Girardon
— 
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé sa démission du gouvernement.
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé sa démission du gouvernement. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Gérard Collomb est rentré à Lyon ce mercredi après-midi, après avoir démissionné de son poste de ministre de l'Intérieur.
  • Son successeur à la mairie, Georges Képénékian, va lui laisser sa place.
  • Les Lyonnais restent partagés sur la situation.

Il a foulé le sol lyonnais, descendant mercredi du train à 17h devant une nuée de journalistes, venus l’attendre. Comme un roi conquérant qui reviendrait d’une longue bataille. Comme un monarque prêt à regagner son royaume. Sauf que la place de Gérard Collomb, qui a démissionné de son poste de Ministre de l’Intérieur, est bien gardée à Lyon.

L’élu retrouvera la tête de la mairie de Lyon d’ici 15 jours. Son successeur Georges Képénékian a rendu son tablier mardi soir, évoquant « un contrat moral » entre eux. Un conseil municipal extraordinaire devrait se tenir d’ici deux semaines. L’occasion pour 20 Minutes de demander aux Lyonnais ce qu’ils pensaient de ce retour.

« Il a contribué à faire de Lyon cette ville où il y fait si bon vivre »

Christophe avoue qu’il n’est pas opposé à l’idée. « C’est un maire apprécié des habitants », relève-t-il. « Il a fait de belles choses pour la ville », appuie Serge. « Quand je suis arrivée à Lyon, il y a six ans, j’avais entendu beaucoup d’avis controversés à son sujet. Mes amis étaient d’ailleurs très partagés », se souvient Anaïs, qui est « littéralement tombée amoureuse de la ville de Lyon ».

« Outre le parti politique, une ville n’est pas ce qu’elle est sans son maire et ses choix. Alors oui, je suis pour le retour de Gérard Collomb car il a contribué à faire de Lyon cette ville où il y fait si bon vivre », ajoute-t-elle.

Un avis que ne partage pas Mike. Un seul sobriquet lui vient à l’esprit pour évoquer Gérard Collomb. « C’est le Bouteflika de Lyon », ironise-t-il. Plus mesuré, Laurent estime que ce retour « n’est pas un cadeau pour la ville de Lyon ».

Place aux jeunes

« On constate que son altesse sénilissime n’a pas besoin d’aller à la pêche pour prendre sa place à Lyon. Celle-ci lui est gardée pendant qu’il chasse avec autoritarisme », note Patricia. « Le pantin de service a fini son intérim, recule et se prosterne devant son maître », enchaîne de son côté, Stéphanie qui s’interroge néanmoins sur les raisons du divorce entre Emmanuel Macron et son ministre : « Est-ce que Gérard Collomb est une girouette qui sent le vent tourner aux alentours de Macron 1er et qui préfère quitter le navire tel un rat avant qu’il ne sombre ? »

« Quarante-deux ans au conseil municipal, 15 ans comme maire… place aux jeunes maintenant. Mais qu’ils soient choisis non par népotisme, mais pour leurs compétences acquises sur le terrain », tranche un Lyonnais ajoutant toutefois « un bémol ». « Si c’est une stratégie anti- Laurent Wauquiez, son retour peut se défendre… Mais ça, on ne le saura jamais. »

« C’est trop facile de partir et revenir comme ça »

Fetiha pense également que Gérard Collomb « devrait céder sa place à plus jeune que lui ». « C’est le lot des politiciens qui ne veulent et ne savent pas s’arrêter », analyse-t-elle avant d’ajouter : « Je comprends la loyauté de Georges Képénekian, il respecte son accord avec Gérard Collomb en quittant ses fonctions. Mais je trouve cela dommage. »

« Il est temps de passer la main. Il faut du renouveau à Lyon, appuie Séverine. C’est trop facile de partir puis de revenir comme ça. » « Nous ne sommes plus au temps de la royauté et la place n’est pas transmissible. Le vote existe », martèle Christiane.

« Il a beaucoup fait pour la ville depuis des années. Il n’a pas été réélu deux fois pour rien. Les gens sont satisfaits de ce qu’il a fait ici, relance Delphine. Il y a mieux peut-être comme choix mais il y a surtout pire aussi ». Et de conclure : « Il a surtout raison de quitter ce gouvernement de bras cassés… »