VIDEO. Démission de Collomb : Sept ministres ont quitté le gouvernement depuis l’élection de Macron

LONGUE LISTE Souvenez-vous de Sylvie Goulard, Laura Flessel et même François Bayrou…

Manon Aublanc

— 

Gérard Collomb serre la main du Premier ministre Edouard Philippe lors de sa passation de pouvoir le 3 octobre 2018.
Gérard Collomb serre la main du Premier ministre Edouard Philippe lors de sa passation de pouvoir le 3 octobre 2018. — AFP

Les mois passent et la liste des départs s’allonge. Si Gérard Collomb a démissionné, ce mardi matin, de son poste de ministre de l’Intérieur, après vingt-quatre heures de flou, il est loin d’être le seul membre de l’exécutif à avoir claqué la porte. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, en mai 2017, sept ministres ont déjà quitté le gouvernement, contraints ou non.

  • Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur

Il a finalement réussi à partir. Si Emmanuel Macron avait, dans un premier temps, refusé la démission de Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur a réitéré en expliquait dans les colonnes du Figaro qu’il « maintenait » sa « proposition de démission », faite ce lundi au chef de l’Etat. Emmanuel Macron a fini par accepter, mardi soir, la démission de Gérard Collomb, qui souhaite retourner à Lyon pour préparer les municipales de 2020.

  • Laura Flessel, ministre des Sports

Lors de son départ, le 4 septembre dernier, Laura Flessel, la ministre des Sports, avait évoqué « des raisons personnelles ». L’ancienne championne d’escrime avait déclaré vouloir renouer avec « des engagements passés, justement tournés vers l’humain, la solidarité et la coopération internationale »… Mais elle aurait été, en réalité, contrainte de démissionner à cause de « sa situation fiscale ». Selon l’entourage de l’ex-ministre, il s’agirait d’un litige concernant « sa société de droits à l’image dont son mari était gérant ». Le ministère des Sports a été confié à Roxana Maracineanu, une ancienne championne de natation.

  • Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique

Un départ que le monde politique n’est pas près d’oublier. Le 28 août dernier, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et star du gouvernement, a annoncé sa démission surprise, en direct au micro de France Inter. « Je ne veux pas donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie qu’on est à la hauteur sur ces enjeux-là et donc je prends la décision de quitter le gouvernement », avait annoncé Nicolas Hulot. Le militant avait alors expliqué qu’il se sentait « seul à la manœuvre » au gouvernement pour lutter contre « la tragédie climatique ». L’écologiste préféré des Français a été remplacé par François de Rugy, jusque-là président de l’Assemblée nationale, le 4 septembre dernier.

  • François Bayrou, ministre de la Justice

Il aura occupé le poste un petit mois. Mis en cause dans l’affaire des emplois fictifs du MoDem, dont il est le fondateur, François Bayrou, nommé ministre de la Justice en mai 2017, a démissionné après un mois. « Cette situation exposait le président de la République et le gouvernement. […] Je choisis de ne pas exposer à des campagnes mensongères le gouvernement et le président de la République que je soutiens », avait-il expliqué lors d’une conférence de presse.

  • Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes

Figure, elle aussi, du MoDem, Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, a quitté ses fonctions en juin 2017. La vice-présidente du parti dirigé par François Bayrou était également visée dans l’enquête préliminaire sur les assistants parlementaires des eurodéputés du parti.

  • Sylvie Goulard, ministre des Armées

Cette même enquête est aussi à l’origine du départ de Sylvie Goulard, ministre des Armées de mai à juin 2017. « Dans l’hypothèse où l’enquête préliminaire visant le MoDem conduirait à vérifier les conditions d’emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi et tout le travail que j’y ai accompli », avait expliqué Sylvie Goulard, qui a renoncé à ses fonctions un mois après sa nomination.

  • Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires

Il a quitté ses fonctions à la demande d’Emmanuel Macron. Richard Ferrand, l’actuel président de l’Assemblée nationale, a occupé le poste de ministre de la Cohésion des territoires pendant un peu plus d’un mois. Richard Ferrand était menacé depuis l’ouverture d’ une enquête sur des transactions immobilières des Mutuelles de Bretagne, dont il a été directeur.