Valérie Pécresse propose de «doubler les peines dans les quartiers criminogènes»

SECURITE La présidente de la région Ile-de-France a proposé de copier le modèle danois dimanche sur RTL...

L.Br.

— 

Valérie Pécresse à Courbevoie, en septembre 2018.
Valérie Pécresse à Courbevoie, en septembre 2018. — Yann Bohac/SIPA

Changer la durée de la peine en fonction de la ville dans laquelle le crime est commis. C’est l’une des idées évoquées par Valérie Pécresse sur le plateau du « Grand Jury » de RTL dimanche. Une proposition qu’elle sait contraire aux principes d’égalité de la Constitution française.

Valérie Pécresse veut « doubler les peines dans les quartiers les plus criminogènes ». Une proposition copiée sur le modèle Danois qui, en l’état, n’est pas compatible avec la loi française. « C’est pas constitutionnel mais c’est ce que le centre-droit fait au Danemark », a-t-elle expliqué. « Cela leur permet de contenir la montée de l’extrême droite. » Selon Franceinfo, cette mesure danoise prévoit le doublement des peines dans des zones très spécifiques, composées en grande majorité d’une population immigrée musulmane. On les appelle les « lois ghetto ».

Guéret et Bobigny

Pour faire voter cette loi, la présidente de la région Ile-de-France propose qu’il soit considéré comme « une circonstance aggravante de commettre un crime dans certains quartiers ». « C’est quand même dingue qu’il y ait des régions, des quartiers où il y a beaucoup plus de crimes et beaucoup moins de sanctions que dans d’autres. Un acte véniel à Guéret sera autant puni qu’un acte grave à Bobigny », s’est-elle justifiée.

Sur le plateau du « Grand Jury », Valérie Pécresse a assumé d’autres propositions sécuritaires : l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans pour les crimes violents, la mise en place de brigades mobiles d’urgence dans les lycées, d’une police municipale armée dans toutes les grandes villes…