VIDEO. «Ta mère mérite mieux que ça», à Saint-Martin, Macron sermonne un ancien braqueur

REPRIMANDES « Il ne faut pas rester comme ça, faire des bêtises », a conseillé le chef de l’Etat…

C. Ape. avec AFP

— 

Emmanuel Macron est allé à la rencontre d'un jeune homme sorti de prison après un braquage
Emmanuel Macron est allé à la rencontre d'un jeune homme sorti de prison après un braquage — ELIOT BLONDET / POOL / AFP

Les pieds dans la boue et la chemise trempée par la pluie, Emmanuel Macron s’est offert samedi un interminable bain de foule à Saint-Martin, au contact d’une population souvent impatiente et en colère, un an après le passage de l'ouragan Irma.

A Quartier d’Orléans, l’un des plus pauvres de Saint-Martin, où les HLM foisonnent, les toitures encore arrachées, le chef de l’État voulait aller au contact : pendant cinq heures et malgré la pluie, il a discuté avec la population, serré des mains, embrassé les enfants, fait des selfies, et a rendu visite à quatre familles en HLM, perturbant quelque peu son service d’ordre.

« Ta mère mérite mieux que ça »

A cette occasion, le chef de l’Etat s’est invité chez un jeune homme, récemment sorti de prison pour braquage, et l’a enjoint à trouver du travail « pour faire les travaux et reconstruire. (…) il ne faut pas rester comme ça, faire des bêtises. Les braquages, c’est fini, ta mère mérite mieux que ça », lui dit-il. « Des jeunes comme toi là, t’es costaud comme tout, il faut que tu travailles là-dedans », lui a lancé le chef de l’Etat.

Jugeant « inacceptable » que les travaux de toitures des logements sociaux n’aient pas encore été faits, il dénonce « une île dans laquelle il y a eu trop de connivences, trop d’entente, parfois même de la corruption ».

Dans un café du quartier, il avait donné rendez-vous à quelques habitants qui l’avaient interpellé lors de sa première visite. Le préisdent a alors déploré « un système qui s’est habitué à l’inefficacité, avec manifestement des entreprises qui ont décidé que ça allait à leur rythme qui n’était pas forcément le rythme des besoins des gens ».

« Saint-Martin, ça fait des décennies que c’était laissé à l’abandon. (…) L’État n’avait pas fait respecter les règles partout », a-t-il reconnu, promettant plus de « contrôles ».

« Le problème, c’est que j’ai l’impression que vous êtes de la vieille politique, que c’est que de la com' », lui assène un jeune homme. « C’est pas de la com', je vais au contact des gens, (…) je ne suis pas dans le bla-bla », a répondu le chef de l’État. « J’espère, sinon on vous attend à la sortie ».