En campagne à Barcelone, l'ancien Premier ministre Manuel Valls renonce à certains avantages

MUNICIPALES Ancien locataire de Matignon, Manuel Valls a indiqué sa candidature à la mairie de Barcelone...

C. Ape.

— 

Manuel Valls à Marseille en 2016.
Manuel Valls à Marseille en 2016. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

En quête de rebond politique, l'ancien Premier ministre Manuel Valls a annoncé mardi  sa candidature à la mairie de Barcelone, un pari risqué pour le député de 56 ans. Mais l’ex-Premier ministre, qui a fait ses valises direction la Catalogne, emmènera-t-il avec lui les privilèges que lui confère son ancienne fonction du côté de Matignon ?

Les anciens Premiers ministres ont en effet droit à trois avantages (sur demande), listés dans un décret de 1997 : un secrétaire particulier, une voiture et un chauffeur. D’après une enquête de Médiapart datée de 2016, l’ensemble des anciens Premiers ministres, excepté Laurent Fabius, en avaient fait la demande. Des privilèges qui ont coûté pas moins de 862.000 euros à l’Etat en 2014.

Plus de voiture ni de protectoin policière 

Citant son entourage, franceinfo indique que Manuel Valls a renoncé à avoir une voiture avec chauffeur pour ses déplacements dans la capitale catalane. Sans indiquer pour autant de son choix concernant ses déplacements en France. Quant à la secrétaire particulière qui travaillait avec Manuel Valls depuis son départ de Matignon, elle n’officierait plus auprès de l’ex-Premier ministre depuis cet été, souligne franceinfo.

Concernant la protection policière à laquelle il a droit mais qui n’est pas considérée comme un avantage, Manuel Valls a indiqué mercredi vouloir y renoncer. Selon franceinfo, citant l’entourage de l’ex-Premier ministre, c’est le ministère de l’Intérieur qui évaluera les besoins de sécurité du candidat à la mairie de Barcelone.

L’ancien Premier ministre n’aura pas le droit de toucher une retraite puisqu’elle n’existe pas à ce poste. Les anciens présidents de la République sont les seuls à bénéficier d’une pension. Le statut d’ancien parlementaire ne confère pas non plus à Manuel Valls le droit à une retraite avant ses 62 ans - il en a 56.