«Hautain», «arrogant», «excessif»... Hollande tacle Macron et se demande qui pourra lui succéder en cas «d'échec»

POLITIQUE L'ancien président a estimé que l'échec de son successeur est «possible, à la fois par les décisions qu'il prend, injustes, par des comportements excessifs, ou par l'absence de résultats»...

M.C. avec AFP

— 

François Hollande à Tulle en Corrèze, le 14 avril 2018.
François Hollande à Tulle en Corrèze, le 14 avril 2018. — GEORGES GOBET / AFP

François Hollande en remet une couche au sujet de son successeur. En visite dimanche à Tulle (Corrèze), l’ancien président a égratigné Emmanuel Macron, en s’interrogeant sur « qui » pourrait incarner la suite si celui-ci échouait, hypothèse qu’il n’exclut pas.

« Si ce pouvoir-là échoue, et c’est possible, à la fois par les décisions qu’il prend, injustes, par des comportements excessifs, ou par l’absence de résultats. Mais qui ? Qui sera là pour le rendez-vous démocratique ? », a déclaré François Hollande, lors d’un discours dans son ancien fief électoral.

« Qui peut prendre la place ? Qui peut offrir une perspective ? C’est une grande question qui est posée à tous. Alors, quand on regarde l’ensemble de la vie politique, comment être rassuré ? » s’est interrogé l’ex-président.

« Si on parle de soi, on sera hautain et arrogant »

Un peu plus tard, lors d’une brève séance de micros tendus après son discours, François Hollande a une nouvelle fois égratigné l’actuel chef de l’Etat.

Interrogé sur les conseils de réorientation donnés par Emmanuel Macron à un jeune horticulteur au chômage, François Hollande a répondu : « Il faut parler à l’individu, à ce qu’il est et pas forcément parler en fonction de ses propres pensées. Il ne faut pas asséner une vérité, il faut aller la rechercher dans son interlocuteur. Et si on parle de l’autre, on arrivera à le convaincre, si on parle de soi, on sera hautain et arrogant. » L’ancien président de la République François Hollande le 23 septembre 2018 à Tulle