Non, Aurore Bergé n’a pas déclaré que les retraités «gâtent trop leurs petits-enfants»

FAKE OFF Un canular repris sérieusement sur les réseaux sociaux accuse à tort la députée LREM Aurore Bergé d'avoir tenu des propos polémiques contre les retraités... 

Alexis Orsini

— 

Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée à Paris, le 25 juin 2018.
Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée à Paris, le 25 juin 2018. — Woytek Konarzewski/SIPA
  • Le 28 août, la députée LREM Aurore Bergé évoque le sujet des retraites et de la hausse de la CSG sur le site Boursorama.
  • Trois jours plus tard, le site parodique SecretNews reprend une partie de ses citations dans un canular, qui lui attribue de fausses déclarations critiquant les retraités.
  • Depuis, Aurore Bergé fait l'objet de nombreuses insultes et réactions indignées sur les réseaux sociaux, de la part d'internautes convaincus qu'elle a bien tenu ces propos.

« Les retraités "gâtent trop leurs petits-enfants", estime Aurore Bergé … S’ils gâtaient un peu moins leurs petits-enfants, beaucoup plus des retraités "auraient la capacité" de faire l’effort demandé par le gouvernement sur les pensions. »

Ces citations, attribuées à la députée des Yvelines et porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, ont tout pour indigner. Et, sans surprise, le post Facebook qui s’en est fait le relais le 14 septembre a récolté plus de 5.800 partages et des milliers de commentaires outrés… qui tournent souvent à l’insulte gratuite, sur le modèle du texte, qui qualifie la députée de « connasse du moment ».

Pourtant, Aurore Bergé n’a jamais tenu de tels propos… qui émanent en fait d’un canular à succès.

Extrait du post Facebook du 14 septembre fustigeant les propos soi-disant tenus par Aurore Bergé.
Extrait du post Facebook du 14 septembre fustigeant les propos soi-disant tenus par Aurore Bergé. - capture d'écran

FAKE OFF

Celui-ci a été publié le 31 août par le site parodique SecretNews, qui revendique clairement la nature fictive de l’intégralité de ses contenus : «  Toutes les informations présentes sur ce site sont satiriques et/ou parodiques ».

Un simple tour d’horizon de ses derniers articles – ou de la liste de plateformes parodiques dressée par 20 Minutes – permet de le constater : « La ministre de la culture veut doubler la redevance TV pour les fanzouzes de TPMP », « "J’ai simplement traversé la rue et… paf !" : Pénélope Fillon explique son emploi fictif au juge ».

Le canular reprend toutefois certains propos réellement tenus par Aurore Bergé quelques jours plus tôt. Le 28 août, la députée était en effet invitée sur le plateau d’Ecorama, une émission du site Boursorama, pour commenter les dernières actualités politiques – dont la démission surprise de Nicolas Hulot. Une intervention qui a fait l’objet d’une reprise dans plusieurs titres de presse, notamment dans Midi Libre.

Aurore Bergé dans l'émission « Ecorama » du site Boursorama, le 28 août 2018.
Aurore Bergé dans l'émission « Ecorama » du site Boursorama, le 28 août 2018. - capture d'écran

Des clins d'oeil aux phrases choc de Macron

Au cours de cet entretien, Aurore Bergé affirme notamment, au sujet des retraités – concernés par une hausse décriée de la CSG : « Je suis très étonnée notamment de tout le débat qu’on peut avoir sur la question des retraites. J’ai l’impression que les Français ont parfois oublié le modèle de retraite qui est le nôtre. [...] C’est que vous et moi, nous payons aujourd’hui pour celles et ceux qui sont à la retraite. »

Des propos repris quasiment mot pour mot par SecretNews dans son canular, qui y ajoute simplement une citation sulfureuse : « Ce n’est pas pour qu’ensuite [les retraités] dépensent tout en chocolat, jouets et sorties culturelles à la con pour leurs petits-enfants qui en plus d’être de plus en plus fainéants nous coûtent aussi un pognon de dingue ».

Le caractère parodique de la prétendue citation est doublement assumé par sa reprise de deux déclarations controversées d’Emmanuel Macron : celle prononcée, en septembre 2017, sur les « fainéants » opposés à la réforme du Code du travail, et celle sur le « pognon de dingue » investi dans les minima sociaux, filmée en juin dernier – et depuis parodiée par Alain Chabat.

Face à la violence des réactions, SecretNews publie un avertissement

Aurore Bergé a en outre bien affirmé (à partir de 6:30 dans la vidéo) : « Parfois, les Français sont aussi un peu schizophréniques dans leurs demandes, et il faut parfois le dire. On ne peut pas à la fois nous dire que rétablir les comptes publics, c’est essentiel, que réduire la dette c’est essentiel, et dans le même temps, quand on demande de faire des efforts, ne pas l’assumer. »

Cette phrase est aussi reprise dans le canular de SecretNews, où elle devient : « On ne peut pas dire que rétablir les comptes publics et réduire la dette est essentiel et, dans le même temps, continuer à gâter ses petits-enfants quand on demande de faire des efforts ».

Si Aurore Bergé – récemment ciblée par une intox à succès – n’a pas réagi officiellement aux propos qui lui sont attribués à tort, elle a toutefois retweeté, le 15 septembre, l’article de CheckNews (la rubrique de fact-checking de Libération) expliquant que ces citations provenaient d'un canular.

De son côté, face au nombre d’insultes et de réactions violentes à l’encontre de la députée LREM, le site parodique a exceptionnellement intégré un message « préventif » en introduction du canular : « AVERTISSEMENT : LE TEXTE QUI SUIT EST PARODIQUE. Aurore Bergé a certainement dit des tas de choses contestables, mais pas ce qui suit ! Et même si elle l’avait dit … en aucun cas ça ne justifierait la haine, les insultes et la violence qu’on peut lire à ce sujet sur les réseaux sociaux et qui nous font ajouter exceptionnellement cet avertissement. »

Le 1er septembre, SecretNews s’alarmait déjà, sur sa page Facebook, de l’ampleur des réactions prenant ces déclarations pour argent comptant.

Autant d’alertes qui n’ont pas empêché ces fausses citations de continuer à prospérer au premier degré, depuis, sur les réseaux sociaux.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.