Nicolas Hulot gardait une lettre de démission sur lui depuis l'affaire «Ebdo»

PRECAUTION L’ancien ministre à la Transition écologique aurait rédigé cette lettre dès février 2018, peu après l’affaire « Ebdo »…

20 Minutes avec agence

— 

L'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot avec Emmanuel Macron.
L'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot avec Emmanuel Macron. — Armando Franca AP SIPA

Au moment d’annoncer sa volonté de quitter le gouvernement dans la matinale de France Inter mardi 28 août, Nicolas Hulot avait déjà rédigé sa lettre de démission depuis plusieurs mois. C’est ce qu’a déclaré un ministre au Parisien ce mercredi.

Selon lui, Nicolas Hulot aurait rédigé sa lettre après l’affaire Ebdo. En février dernier, l’hebdomadaire avait publié un article évoquant une plainte pour viol contre l’ex-ministre de la Transition écologique. Une plainte déposée en 2008 et qui avait été classée sans suite.

« Il l’avait dans sa poche tout le temps »

Le ministre de l’Environnement avait porté plainte en diffamation contre le journal et les deux auteurs de l’article. « Après l’affaire Ebdo, il avait rédigé sa lettre de démission. Et après ça, il l’avait dans sa poche tout le temps », raconte encore son ancien collègue. « Je lui avais demandé de la déchirer. Mais rien à faire, il ne voulait pas. »

Comme le souligne le quotidien francilien, la lettre en question n’a pas été d’une grande utilité à l’ex-ministre à la Transition écologique. Nicolas Hulot a finalement décidé d’annoncer sa démission en direct à la radio, sans même avoir prévenu l’exécutif.

>> A lire aussi : Des milliers de personnes ont manifesté pour le climat à travers la France

>> A lire aussi : Le nouveau ministre de Rugy sauvera-t-il l’avenir des centrales à charbon (et de leurs salariés)?