Assemblée nationale: «Les députés savent ce qu’ils doivent à Richard Ferrand»

REACTIONS La désignation du proche d’Emmanuel Macron comme candidat à la présidence de l’Assemblée a suscité des réactions, au séminaire des députés La République en marche, à Tours…

20 Minutes avec AFP

— 

Richard Ferrand est président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale depuis juin 2017.
Richard Ferrand est président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale depuis juin 2017. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le macroniste de la première heure et député du Finistère, Richard Ferrand, a été désigné candidat de la République en marche à la présidence de l’Assemblée nationale. Il l’a emporté, largement, et sans surprise, dès le premier tour de la primaire organisée au sein du groupe parlementaire macroniste. Les députés LREM étant majoritaires à eux seuls, Richard Ferrand sera le prochain quatrième personnage de l’Etat. A la sortie, les principaux protagonistes se sont exprimés sur le résultat.

Richard Ferrand, président sortant du groupe LREM à l’Assemblée : « Quatre d’entre nous se sont présentés. La campagne interne s’est déroulée dans un climat fraternel, dans la clarté, dans la transparence. Chacun a pu librement s’exprimer. C’est donc un message de fierté démocratique que notre groupe, collectivement, a adressé à celles et ceux qui nous regardent. A titre personnel, j’ai remercié mes collègues de ce vote qui atteint 65 % (64,26 %), un vote de confiance, un vote sur fond d’adhésion aux propositions que j’ai pu faire. Donc oui je m’en réjouis (…) Je ne suis pas un chouchou (NDLR : du président de la République). Je suis un homme démocratiquement élu. »

« Un choix massif »

Christophe Castaner, secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement : « Effectivement, c’est un choix massif (…) C’est un choix de cohérence, les députés savent aussi ce que le mouvement… ce qu’ils doivent à Richard Ferrand (…) Il n’y a eu aucune contrainte, aucune consigne de vote. Le résultat c’est celui de Richard Ferrand que les marcheurs, que les députés connaissent bien. Ils savent aussi qu’il y a une histoire. L’histoire se fait avec celles et ceux qui nous ont accompagnés. »

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme, candidate défaite à la primaire : « Il y a eu un vote et moi je suis une grande démocrate donc je respecte le résultat du vote. Évidemment, je regrette de ne pas avoir réussi à convaincre mes collègues de l’immense opportunité qu’on avait là de lancer un très beau message vis-à-vis de l’extérieur. Mais j’ai reçu tellement de messages de soutien du terrain, des citoyens, aussi des marcheurs puis de collègues députés que bien évidemment je vais continuer cet énorme combat pour la transformation. Dans le contexte, je trouve que j’ai un très beau score et j’en suis très fière. »

« C’est un choix très net, il faut le respecter »

Matthieu Orphelin, député LREM du Maine-et-Loire (soutien de Barbara Pompili) : « Une large majorité du groupe LREM a souhaité que Richard Ferrand soit notre candidat à la présidence de l’Assemblée nationale. Le résultat est assez clair. C’était une élection avec différents candidats et candidates, différents profils, différents messages qui ont été envoyés aux Françaises et aux Français. C’est un choix très net, il faut le respecter (…) Maintenant s’ouvre d’autres sujets : l’avenir du groupe avec des réflexions collectives. Je vais me concentrer dans les prochaines semaines à faire des propositions pour améliorer le fonctionnement de notre groupe, sans être candidat à la présidence du groupe. »