Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone, c’est presque fait

TRANSFERT L’ancien Premier ministre devrait bientôt officialiser sa candidature pour le parti de centre-droit anti-indépendantiste Ciudadanos…

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Manuel Valls, ici accompagné du leader national de Ciudadanos, Albert Rivera, lors d'une manifestation à Barcelone.
Manuel Valls, ici accompagné du leader national de Ciudadanos, Albert Rivera, lors d'une manifestation à Barcelone. — Enric Fontcuberta/EFE/SIPA

Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone, en Espagne ? Il sera bientôt tant de supprimer le point d’interrogation. Plusieurs médias, dont Le Parisien, font état d’une déclaration de candidature de l’ancien Premier ministre imminente. Depuis des mois, Manuel Valls, né à Barcelone et naturalisé français à sa majorité, entretient le suspense.

Depuis l’automne dernier, et le référendum avorté, organisé par le pouvoir indépendantiste dans la communauté de Catalogne, Manuel Valls intervient de plus en plus fréquemment sur la scène politique locale. Il avait aussi participé à des meetings anti-indépendantistes lors des élections régionales du mois de décembre 2017.

De plus en plus présent en Catalogne

La présence du député de l’Essonne en Catalogne se fait de plus en plus forte, ces dernières semaines et ces derniers jours. C’est à Barcelone, qu’il fait d’ailleurs sa rentrée politique, explique L’Express. Lors de la présentation d’un livre anti-indépendantiste, dont il a écrit la préface, il a déclaré : « Ou Barcelone pense que l’avenir pour Barcelone est d’être la capitale d’une République, ou Barcelone et la Catalogne sont cette capitale, cette région d’Europe du sud, de la Méditerranée capable de parler avec le monde. »

Depuis sa défaite à la primaire du Parti socialiste, en janvier 2017, Manuel Valls est désormais au second rang de la scène politique tricolore. Son ralliement à Emmanuel Macron et son élection, de justesse, comme député sous la bannière macroniste, l’ont à peine maintenu à flot. Une candidature, pour le moins originale, à la mairie de Barcelone, à l’avantage de le relancer.

Une ville peu indépendantiste, mais plus à gauche

Il s’agirait pour lui de rejoindre le parti de centre-droit Cuidadanos et d’être sa tête de liste pour l’élection municipale de Barcelone, en mai 2019. Il s’agit du premier parti du parlement catalan, très anti-indépendantiste… Néanmoins minoritaire face à la coalition catalaniste. Le parti avait le vent en poupe au premier semestre 2018 : il était donné en tête de la plupart des sondages pour les élections générales espagnoles. Cette période s’est terminée avec le renversement du gouvernement de droite de Mariano Rajoy, soutenu au parlement par Ciudadanos. Les socialistes sont désormais au pouvoir, bien que minoritaire, ce qui devrait dans les mois à venir provoquer des élections générales anticipées.

A Barcelone, la tâche sera difficile pour Manuel Valls. Certes, la ville est beaucoup moins indépendantiste que le reste de la Catalogne mais est aussi bien plus à gauche : depuis le retour à la démocratie, la ville n’a été dirigée par la droite que pendant quatre ans, de 2011 à 2015. Depuis cette date, c’est Ada Colau, leader de la gauche de la gauche, qui est maire de la ville. Elle dispose du soutien des socialistes (à la tête de la ville pendant plus de trente ans jusqu’en 2011) et de la gauche indépendantiste. Colau et son parti, Barcelone en commun, ne sont pas indépendantistes mais pro-référendum.

>> A lire aussi : La nouvelle compagne de Manuel Valls est une femme d'affaires et riche héritière catalane