Rassemblement national: Le parti devrait fermer un tiers de ses permanences faute de moyens

ECONOMIES Le rassemblement national devrait également procéder à un plan social…

C. Ape.

— 

Marine Le Pen à Paris, le 23 mai 2018.
Marine Le Pen à Paris, le 23 mai 2018. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

L’été touche bientôt à sa fin, mais pas les difficultés financières du Rassemblement national (RN). En juillet, la justice a en effet saisi 2 millions d’euros de dotations publiques.

En conséquence, rapporte Le Parisien ce vendredi, le RN a été contraint de fermer un tiers de ses cent permanences électorales dans ses fédérations. Ces fermetures concernent les Vosges, la Picardie, la Bretagne, l’est et le sud.

25 salariés concernés par un plan social

« Jusqu’à présent, le siège prenait en charge 40 % du montant du loyer des permanences. Là, il n’est plus en mesure de le faire », explique au quotidien un cadre du parti. « Certaines permanences ferment, d’autres, comme à Nice, déménagent pour des locaux plus petits », explique de son côté Jean-Lin La Capelle, le délégué national aux ressources.

Ainsi, le parti va devoir également procéder à un plan social. Un proche de Marine Le Pen prévient : « nos dépenses de personnel se montent à 3 millions d’euros chaque année, il va falloir les réduire au maximum ». Vingt-cinq des cinquante salariés seraient concernés.

>> A lire aussi : «En l’état», le parti va disparaître «fin août», estime Marine Le Pen