Edouard Philippe est Premier ministre depuis mai 2017.
Edouard Philippe est Premier ministre depuis mai 2017. — LUDOVIC MARIN / AFP

BOULOT

Augmentation des arrêts de travail: Edouard Philippe cherche des solutions

Les arrêts, notamment courts, augmentent de 4 % par an…

Edouard Philippe a missionné mercredi Jean-Luc Bérard, DRH du groupe industriel Safran, et Stéphane Seiller, magistrat à la Cour des comptes, pour faire « un diagnostic » sur l’augmentation des arrêts maladie et proposer des pistes « d’évolutions », a-t-on appris auprès de Matignon.

Lors de ses réunions avec les partenaires sociaux ces derniers jours, le chef du gouvernement a rappelé « le caractère insatisfaisant du système actuel » et indiqué « qu’il entendait engager une démarche de concertation avec les partenaires sociaux, ainsi que l’ensemble des acteurs concernés, notamment professionnels de santé, médecins et organismes d’assurance maladie », a expliqué son entourage.

Des entreprises mises plus à contribution ?

En parallèle, il a missionné pour quatre mois Jean-Luc Bérard et Stéphane Seiller « pour faire un diagnostic partagé » et « proposer un certain nombre d’évolutions » afin de faire face à l’augmentation de près de 4 % par an des arrêts maladie, notamment de courte durée. Un point d’étape avec « des premiers éléments de diagnostic » et de « premières orientations » sera fait fin octobre, a-t-il été précisé.

Un projet consistant à faire prendre en charge par les entreprises quatre jours d’indemnités journalières pour les arrêts d’une semaine avait été révélé début août par Les Echos. « S’il n’entend pas procéder à une mesure unilatérale et brutale de transfert aux entreprises de la charge des arrêts de courte durée, le Premier ministre n’a pas renoncé à mettre ce sujet à plat », selon Matignon.

>> A lire aussi : Muriel Pénicaud s'oppose au financement des arrêts maladie par les entreprises