Gouvernement: Emmanuel Macron appelle les ministres à tenir

REMOTIVATION Après un été et même une rentrée difficile, le président de la République tente de trouver un second souffle…

R. G.-V. avec AFP

— 

Emmanuel Macron a reçu le gouvernement remanié ce mercredi.
Emmanuel Macron a reçu le gouvernement remanié ce mercredi. — Jacques Witt/SIPA

Le prélèvement à la source maintenu, un remaniement « poste pour poste » : Emmanuel Macron tente de repartir d’un bon pied en réunissant le nouveau gouvernement mercredi, après un été calamiteux marqué par la démission cinglante de Nicolas Hulot, remplacé par le très politique François de Rugy. Décidé à reprendre la main au moment où il est au plus bas dans les sondages, le président a appelé ses ministres à « tenir » face aux nombreux « défis » qui les attendent.

« Rien de ce que nous entreprenons depuis 15 mois n’est fait pour l’immédiat […] C’est pour ça qu’il faut dans ces périodes tout à la fois tenir, expliquer, et avec force, mener ce combat », a-t-il ajouté devant les ministres dont la nouvelle venue Roxana Maracineanu. Elle remplace Laura Flessel, partie pour des « raisons personnelles » mais qui serait en délicatesse avec le fisc, selon une source proche du dossier qui a confirmé à l’AFP des informations de presse.

Séminaire gouvernemental

Le Conseil des ministres est suivi d’un séminaire gouvernemental, à l’issu duquel le Premier ministre Edouard Philippe doit notamment « détailler les chantiers à venir du gouvernement », selon Matignon. Le gouvernement doit par ailleurs adresser la feuille de route précisée de ses chantiers sociaux aux syndicats et au patronat dans les prochaines heures.

Reste que le remaniement a minima annoncé est loin de faire l’unanimité. « Tout ça pour ça », ironisait la presse mercredi, sur la nomination au ministère de la Transition écologique du « pragmatique opportuniste », du « peu rugissant » François de Rugy en remplacement du très populaire Nicolas Hulot, en larmes mardi pour la passation de pouvoir. L’opposition de gauche tirait aussi à boulets rouges sur le nouveau ministre, « En réalité la force d’attraction du macronisme est à son terme », avec cette nomination, a estimé le chef du parti socialiste Olivier Faure sur Cnews.

« Pas de risque zéro »

Autre « couac » de la rentrée : les atermoiements de l’exécutif sur le prélèvement à la source, dus aux doutes émis par Emmanuel Macron lui-même. Le Premier ministre Edouard Philippe a mis fin au suspense mardi soir, affirmant que la réforme serait bien appliquée dès le 1er janvier 2019. « Il n’y a pas de risque zéro », a concédé mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur RTL. Mais « l’objectif c’est de le minimiser au maximum ».