Alexandre Benalla aurait transporté le trophée de la Coupe du monde

CHAMPIONS DU MONDE L’ancien chef adjoint du cabinet de la Présidence de la République n’a pas seulement accompagné les Bleus dans le bus sur les Champs-Elysées…

R. G.-V.

— 

Alexandre Benalla (debout, à gauche) dans le bus impériale de l'équipe de France, le 16 juillet 2018.
Alexandre Benalla (debout, à gauche) dans le bus impériale de l'équipe de France, le 16 juillet 2018. — BERTRAND GUAY / AFP

Bagagiste, peut-être, mais de luxe. L’émission Quotidien, sur TMC, a révélé lundi soir que, peu après le retour de Russie de l’équipe de France masculine de football, championne du monde, Alexandre Benalla a été chargé du transport du trophée de la Coupe du monde. L’ancien chef de cabinet adjoint de la Présidence de la République ne devait pourtant plus avoir de fonctions sur le terrain après sa sanction du mois de mai.

Cette sanction (deux semaines de mise à pied) était arrivée après les violences commises par Alexandre Benalla en marge de la manifestation du 1er mai, place de la Contrescarpe, à Paris. Les événements et les premières vidéos avaient été révélés par Le Monde, le soir du 18 juillet. Le même jour, d’après Quotidien qui cite des documents de la DGPN, Alexandre Benalla a été chargé de transporter le trophée tant convoité jusqu’au siège de la Fédération française de football, avenue de Grenelle à Paris.

Benalla au téléphone avec Macron dans le bus des Bleus

Ce n’est pas tout à fait la première fois que des éléments contredisant la version de l’Elysée quant à une restriction des prérogatives de Benalla sont révélés. Au cœur de l’affaire, fin juillet, on avait déjà appris que l’ex-garde du corps était dans le bus des Bleus, déjà eux, qui a défilé sur les Champs-Elysées, le 16 juillet. Quotidien affirme même que pendant le trajet, il était au téléphone avec Emmanuel Macron, qui lui a demandé de faire accélérer le véhicule, images à l’appui.

Après un mois d’août calme sur le front de l’affaire Benalla, les révélations reprennent. Cela avant que la commission d’enquête du Sénat reprenne ses activités.