Gironde: A Ludon-Médoc, le maire accuse le député LREM Benoit Simian d'avoir orchestré une démission massive d'élus

POLITIQUE Le maire Philippe Ducamp accuse le député d’être à la manœuvre après les démissions au sein du conseil municipal, et annonce quitter les rangs de LREM…

Mickaël Bosredon

— 

La mairie de Ludon-Médoc (Gironde).
La mairie de Ludon-Médoc (Gironde). — M.Bosredon/20Minutes
  • Le maire a reçu au coeur de l'été 10 démissions de conseillers, ce qui va entraîner de nouvelles élections municipales en octobre.
  • Philippe Ducamp accuse Benoit Simian et son épouse de tirer les ficelles.
  • Il se dit « déçu » par l'attitude de LREM.

A Ludon-Médoc (Gironde), petite ville de 5.000 habitants à la lisière de la métropole bordelaise, certains s’amusent des récents soubresauts au sein du conseil municipal. « C’est House of Cards ici ! » rigole une habitante. Pourtant, la situation ne fait pas rire le maire sortant de la commune, Philippe Ducamp (ex-LREM). Elu il y a un an en remplacement de Benoit Simian - obligé de céder son fauteuil à la mairie après son élection à l’assemblée sous l’étiquette LREM - il a dû faire face au cœur de l’été à la démission soudaine et en bloc de dix conseillers ou adjoints. Dix, pile ce qu’il fallait pour provoquer de nouvelles élections municipales.

Dès le 22 août, Philippe Ducamp assurait dans 20Minutes que ces démissions avaient été « orchestrées ». Sans désigner personne. Ce jeudi matin, dans un courrier envoyé au délégué général d’En Marche ! Christophe Castaner, et à quelques médias, il se lâche et pointe nommément Benoit Simian - qui était toujours conseiller municipal mais non démissionnaire - ainsi que son épouse Soraya Simian - qui était, elle, adjointe au maire et qui fait partie des démissionnaires - comme étant ceux qui tirent les ficelles.

« Le député a approché la quasi-totalité de mes adjoints pour me mettre à bas »

« Depuis mon élection, le député de la circonscription auquel je succédais n’a eu de cesse d’instaurer une tutelle sur la mairie, ses élus et ses services. Bien qu’il s’en défende, le député conseiller municipal n’a pas cessé de saper l’autorité et le fonctionnement au sein de l’équipe et, plus grave, en représentation extérieure où il véhiculait une image désastreuse de notre équipe et de son travail. Je ne pouvais l’accepter et suis à plusieurs reprises entré en opposition avec ses méthodes dignes d’un autre temps et surtout à l’opposé des idées de LREM. Il a ainsi approché la quasi-totalité de mes adjoints pour les inciter à me mettre à bas. »

Et le maire d’enfoncer le clou : « il ne fait aucun doute que les démissions ont été orchestrées par l’animatrice du comité local (accessoirement épouse du député) qui a sollicité ses collègues à de multiples reprises pour démissionner. »

Sollicité par 20 Minutes, le député Benoit Simian a réagi ce jeudi matin. Il reste sur sa ligne, et assure ne pas être mêlé à cette affaire. « Tout ce qui est excessif est dérisoire, je répète que je n’ai rien à faire dans ce psychodrame et qu’on ne compte pas sur moi pour ajouter du désordre au désordre, mais Ludon reste mon village de cœur. »

« Manipulations grossières qui ne trompent personne »

« Stupéfait de constater que les représentants du mouvement auquel j’ai cru puissent se livrer à de telles manipulations grossières qui ne trompent personne » Philippe Ducamp annonce dans la foulée quitter les rangs de LREM. Celui qui se targue d’avoir été l’un des premiers maires élu sous les couleurs d’En Marche !, se dit « déçu humainement et politiquement par l’attitude de LREM et de ses représentants dont aucun n’a jugé utile de m’apporter son soutien. »

La délégation de la Gironde de LREM a réagi dans un communiqué jeudi soir, et a « pris acte des raisons de cette démission. » Le référent départemental Aziz Skalli ajoute: « Nous tenons à rappeler que, même si M.Ducamp était adhérent La République En Marche depuis janvier 2017, il n’en était pas un membre actif et n’a jamais été́ investi par les instances de notre mouvement pour conduire une liste aux élections municipales de septembre 2017 à Ludon-Médoc ». A ce jour, aucune investiture n’a été́ demandée à La République en Marche en vue des prochaines élections.

Celles-ci ont été programmées le 7 octobre, la campagne électorale démarrant le 24 septembre. Le maire sortant devrait présenter une liste, tout comme les démissionnaires.

Une troisième liste, « Ludon Autrement », menée par Philippe Duron sera présentée. Ce dernier dénonce « une troisième élection en trois ans » et « l'impact désastreux » de ces soubresauts sur la commune.