En visite au Danemark, Macron qualifie les Français de «Gaulois réfractaires au changement»

POLEMIQUE Le président français, qui s’exprimait devant la communauté française au Danemark, évoquait son admiration pour le modèle danois de « flexisécurité »…

H. B. avec AFP

— 

Emmanuel Macron, le 19 juillet 2018.
Emmanuel Macron, le 19 juillet 2018. — UGO AMEZ/SIPA

Nouvelle sortie du président français. Emmanuel Macron s’est amusé ce mercredi à comparer les Danois, « peuple luthérien » ouvert aux transformations, et les Français, « Gaulois réfractaires au changement », revendiquant des identités à la fois nationale et européenne.

Le président français, qui s’exprimait devant la communauté française au Danemark, évoquait son admiration pour le modèle danois de « flexisécurité ». « Il ne s’agit pas d’être naïf, ce qui est possible est lié à une culture, un peuple marqué par son histoire. Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n’est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement ! Encore que ! Mais nous avons en commun cette part d’Européen qui nous unit », a-t-il plaisanté.

« Comme d’habitude, il méprise les Français depuis l’étranger ! »

Une sortie qui rappelle sa petite phrase de l’été 2017 sur les Français qui « détestent les réformes ». Le député La France insoumise (LFI) Alexis Corbière a dénoncé sur Twitter des « propos d’une sottise confondante ».

« Comme d’habitude, il méprise les Français depuis l’étranger ! Les « Gaulois » vont se faire un plaisir de répondre à son arrogance et son mépris », a de son côté réagi Marine Le Pen (RN, ex FN).

« Entre négation de l’identité française et nouvelle insulte au peuple français, le président Rothschild Emmanuel Macron s’est encore surpassé au Danemark », a commenté le député Les Républicains (LR) Fabien Di Filippo.

Le président français a également déclaré, dans son discours, qu’il estimait avoir réussi depuis son élection à provoquer un « changement culturel » chez les Français. « Vous verrez la France transformée par son peuple. Les gens changent d’état d’esprit, ils sont beaucoup plus ouverts au risque », a-t-il déclaré devant le patronat danois.