VIDEO. Pour Sarkozy, les questions de l'immigration ou des impôts sont «plus importantes» que la démission de Hulot

DEMISSION L'ancien président Nicolas Sarkozy a estimé mardi que les questions de l'immigration ou des impôts étaient «plus importantes» que la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot...

20 Minutes avec AFP
Nicolas Sarkozy, le 26 septembre 2016.
Nicolas Sarkozy, le 26 septembre 2016. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L'ancien président Nicolas Sarkozy a estimé mardi que les questions de l'immigration ou des impôts étaient «plus importantes» que la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot.

 


«Qu'il y ait monsieur Hulot ou pas, la question de l'immigration est centrale. Qu'il y ait monsieur Hulot ou pas, la question du montant des impôts qu'on paie est centrale. La question "est-ce que les Anglais sont des Européens ou pas" c'est central», a déclaré sur France Culture l'ancien dirigeant du parti Les Républicains (ex-UMP).

«La vie politique dans ses soubresauts quotidiens n'est pas mon domaine»


«C'est son choix. Pour moi quand je parle de la crise qu'on a connue et qui peut revenir, c'est tellement plus important. Quand on parle de l'immigration c'est tellement plus important», a ajouté l'ancien chef de l'Etat (2007-2012), qui s'exprimait sur la crise financière de 2008.

«La vie politique dans ses soubresauts quotidiens n'est pas mon domaine», selon Nicolas Sarkozy. «Dans tous les gouvernements, il y a des gens qui démissionnent, il y a des gens qui abandonnent, il y a des gens qui sont en désaccord, j'ai connu ça moi-même», a confié l'ancien président, qui avait choisi comme Premier ministre François Fillon. Le ministre de l'Écologie, du développement et de l'aménagement durables Jean-Louis Borloo, un temps pressenti pour devenir chef du gouvernement, avait quitté le gouvernement Fillon en novembre 2010.

>> Suivez en direct les réactions à la démission de Nicolas Hulot

>> A lire aussi : L’écologiste préféré des Français qui ne prenait « aucun plaisir à être ministre »

>> A lire aussi : La réunion qui a convaincu l’écologiste de claquer la porte du gouvernement