VIDEO. Pour Sarkozy, les questions de l'immigration ou des impôts sont «plus importantes» que la démission de Hulot

DEMISSION  L'ancien président Nicolas Sarkozy a estimé mardi que les questions de l'immigration ou des impôts étaient «plus importantes» que la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy, le 26 septembre 2016.
Nicolas Sarkozy, le 26 septembre 2016. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L'ancien président Nicolas Sarkozy a estimé mardi que les questions de l'immigration ou des impôts étaient «plus importantes» que la démission du ministre de la Transition écologiqueNicolas Hulot.

 

«Qu'il y ait monsieur Hulot ou pas, la question de l'immigration est centrale. Qu'il y ait monsieur Hulot ou pas, la question du montant des impôts qu'on paie est centrale. La question "est-ce que les Anglais sont des Européens ou pas" c'est central», a déclaré sur France Culture l'ancien dirigeant du parti Les Républicains (ex-UMP).

«La vie politique dans ses soubresauts quotidiens n'est pas mon domaine»

«C'est son choix. Pour moi quand je parle de la crise qu'on a connue et qui peut revenir, c'est tellement plus important. Quand on parle de l'immigration c'est tellement plus important», a ajouté l'ancien chef de l'Etat (2007-2012), qui s'exprimait sur la crise financière de 2008.

«La vie politique dans ses soubresauts quotidiens n'est pas mon domaine», selon Nicolas Sarkozy. «Dans tous les gouvernements, il y a des gens qui démissionnent, il y a des gens qui abandonnent, il y a des gens qui sont en désaccord, j'ai connu ça moi-même», a confié l'ancien président, qui avait choisi comme Premier ministre François Fillon. Le ministre de l'Écologie, du développement et de l'aménagement durables Jean-Louis Borloo, un temps pressenti pour devenir chef du gouvernement, avait quitté le gouvernement Fillon en novembre 2010.

>> Suivez en direct les réactions à la démission de Nicolas Hulot

>> A lire aussi : L’écologiste préféré des Français qui ne prenait « aucun plaisir à être ministre »

>> A lire aussi : La réunion qui a convaincu l’écologiste de claquer la porte du gouvernement