Une poudre suspecte dans un courrier, l'Assemblée nationale brièvement évacuée ce lundi

ALERTE Le député visé reçoit régulièrement des menaces...

L.Gam. avec AFP

— 

(Photo d'illustration) Séance des questions au gouvernement, Palais Bourbon, Assemblée Nationale, Paris, France, le 1er Aout 2018. Dernière session avant la pause estivale.
(Photo d'illustration) Séance des questions au gouvernement, Palais Bourbon, Assemblée Nationale, Paris, France, le 1er Aout 2018. Dernière session avant la pause estivale. — SIPA

Alerte dans l’aile B. Le député Meyer Habib (UDI) a reçu ce lundi, un courrier contenant une poudre suspecte, qui s’est avérée finalement être du sucre, ce qui a entraîné l’évacuation momentanée d’une partie du Palais-Bourbon. L’aile qui a été évacuée est l’aile B, celle qui couvre la vice-présidence et le bureau de députés LREM et UDI-Agir et Indépendants.

Le courrier a été découvert à son bureau par un collaborateur du député et l’incident a nécessité l’évacuation des locaux concernés. Stéphane de Mirochesdji, ledit collaborateur parlementaire, a précisé qu’il avait ouvert une enveloppe dans le courrier accumulé après trois semaines de pause et qu’il s’en était échappé « pas mal de poudre ». « J’ai été isolé dans une pièce et confiné avec un masque pendant 1h30-2h » en compagnie d’un pompier intervenu en premier et qui a également été exposé, a-t-il poursuivi.

Un échantillon de… sucre glace !

« Nous avons été alertés en fin de matinée. Une équipe de spécialistes du risque chimique a été envoyée sur place. Elle a analysé l’échantillon et a déterminé assez vite qu’il s’agissait de sucre glace », a indiqué pour sa part un porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). « L’incident a été pris très au sérieux » et l’Assemblée nationale va porter plainte, a indiqué la présidence de l’Assemblée.

Selon le député des Français établis hors de France, le courrier contenait également une lettre de menace. « Je reçois régulièrement des menaces de mort, de décapitation… Mais de la poudre c’est nouveau. Je suis inquiet pour la France. On a le droit de ne pas être d’accord avec mes positions mais menacer de mort un citoyen, ce n’est pas normal », a-t-il déclaré. Meyer Habib est notamment connu pour ses prises de position en soutien à Israël.