Mais quel parti d'opposition va bien pouvoir profiter de la rentrée difficile de l'exécutif?

POLITIQUE Plusieurs événements politiques sont prévus cette semaine...

Thibaut Le Gal

— 

Laurent Wauquiez lors du conseil national des Republicains a Menton, dans le sud de la France, le 30 Juin 2018

Laurent Wauquiez at the National Council of Republicans in Menton, southern France, June 30, 2018
Laurent Wauquiez lors du conseil national des Republicains a Menton, dans le sud de la France, le 30 Juin 2018 Laurent Wauquiez at the National Council of Republicans in Menton, southern France, June 30, 2018 — FREDERIC DIDES/SIPA
  • Après une année difficile face à Emmanuel Macron, les partis d'opposition font leur rentrée.
  • 20 Minutes dresse les enjeux de chaque parti.

C'est la fin des vacances. Emmanuel Macron a réunit mercredi un Conseil des ministres pour lancer l'année II de son quinquennat. Les partis d'opposition effectuent également leur rentrée avec plusieurs rendez-vous politiques prévus ce week-end. Les Républicains, La France insoumise, le Rassemblement national et le Parti socialiste... Qui va profiter de la rentrée difficile pour l'exécutif? 20 Minutes fait le point.

Les Républicains: Une rentrée toujours aussi divisée

La droite fait sa rentrée en ordre dispersé. Dimanche, Laurent Wauquiez effectuera sa traditionnelle ascension du mont Mezenc en Haute-Loire. Contrairement à l'année passée, le patron de la droite ne sera pas accompagné de Virginie Calmels, évincée de la vice-présidence du parti en juin dernier. On ne verra pas non plus Valérie Pécresse qui sera, elle, à Brives avec son micro-parti Libres! vendredi. Les deux ne se seraient d'ailleurs pas adressé la parole depuis le dernier Conseil national LR à Menton fin juin, indique le Parisien.

« La droite n’est pas sortie des querelles, mais les mois qui arrivent, et les élections européennes [le 26 mai 2019], permettront de connaître réellement l’état de division chez Les Républicains, indique Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au Cevipof. Laurent Wauquiez a été très discret pendant l’été et sur l’affaire Benalla. Ce peut être une stratégie de communication intéressante s’il parvient à clarifier sa ligne politique. Il gère une situation de convalescence de sa famille et n’a pas trop de marge. Nous verrons s'il choisit pour les Européennes une tête de liste compatible avec la ligne Juppé-Raffarin». Le «centriste» Jean Leonetti, désormais numéro 2 du parti, qui devrait être aux côtés de Wauquiez dimanche, pourrait être choisi.

La France insoumise: Des invitations à gauche... et à droite!

Les universités d’été de La France insoumise se tiennent à Marseille du 23 au 26 août. Pour l'occasion, le parti a décidé d'inviter des responsables d'autres partis à gauche, mais aussi, deux députés Les Républicains pour participer à des débats thématiques (Deux parlementaires LREM ont finalement refusé). « Décrit par ses adversaires comme quelqu’un de conflictuel, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il peut être le pivot de la recomposition à gauche. Il entend aussi installer l’image de la France insoumise aux avants-postes de la contestation à Emmanuel Macron », avance Bruno Cautrès.

Cette «convergence des oppositions» avait déjà été initiée lors de l'affaire Benalla, avec un motion de censure commune à gauche. «Les Insoumis veulent trouver un second souffle après s'être mobilisés contre les réformes du gouvernement et avoir constaté l'essoufflement ces mobilisations», poursuit le spécialiste.

Rassemblement national: Une rentrée polluée par les questions d'argent

Le RN est en «sursis». Le parti de Marine Le Pen saura le 26 septembre si la justice confirme ou non la saisie de ses 2 millions d'euros d'aide publique, ordonnée dans l'enquête sur des emplois présumés fictifs d'assistants d'eurodéputés. En attendant, le parti s'est vu contraint d'annuler ses universités d'été prévue à Fréjus les 14 et 15 septembre, malgré les 600.000 euros de dons récoltés cet été. La patronne de l'ex-«front» devrait malgré tout prononcer un discours au théâtre de la ville mi-septembre, lors de journées de formation de ses élus.

« Le RN est face à un obstacle financier. Mais le parti doit surtout rebondir après l’une des années les plus difficiles de son existence: la défaite à la présidentielle, le départ de cadres, etc. Les Européennes, que le FN avait remporté en 2014, seront un enjeu vital pour le parti», dit Bruno Cautrès.

Dans cette perspective, Marine Le Pen avait indiqué vouloir se rendre en Italie pour rencontrer le leader d'extrême droite Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil.

Le Parti socialiste: Se reconstruire (loin de François Hollande?)

Le Parti socialiste a pour programme de rentrée un déménagement, prévu fin septembre-début octobre. Les dirigeants du PS espèrent y voir le symbole d'une renaissance, après une année particulièrement douloureuse. Financièrement, le parti ne peut toujours pas se permettre d'organiser une université d'été. Seuls les élus seront invités du 23 au 25 août à La Rochelle. Olivier Faure, patron très critiqué, doit prendre la parole.

«Il y a peu, le PS avait toutes les manettes du pouvoir. Pris dans ses contradictions, il a tout perdu en quelques années. Le temps ne s’est pas encore assez écoulé pour enclencher un discours audible et critique vis-à-vis d’Emmanuel Macron », indique Bruno Cautrès. D’autant que le patron du parti, encombré par les vrais-faux retours de François Hollande, peine à s’imposer.