Universités d'été: La France insoumise invite des élus de différents partis, du PCF à LR

POLITIQUE Le parti de Jean-Luc Mélenchon, régulièrement accusé à gauche de ne pas s'ouvrir suffisamment au dialogue, affiche ainsi un visage ouvert...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon à l'universite d'été de la France insoumise, à Marseille le 25 août 2017.
Jean-Luc Mélenchon à l'universite d'été de la France insoumise, à Marseille le 25 août 2017. — ALAIN ROBERT/SIPA

La France insoumise ouverte aux oppositions. Le parti de Jean-Luc Mélenchon a invité des élus communistes, écologistes, socialistes mais aussi des Républicains à intervenir à ses universités d'été à Marseille, selon son programme diffusé aux rédactions. «Il nous a semblé normal de faire de ces universités d'été un espace où les différentes forces d'opposition puissent venir s'exprimer», a expliqué mardi à l'AFP Manuel Bompard, coordinateur des campagnes au sein de La France insoumise.

Si elle revendique un statut de «première force d'opposition», LFI a annoncé dans son programme la participation du député communiste Stéphane Peu à une conférence intitulée «après l'affaire Benalla, vite la 6e République».

Les députés socialistes Boris Vallaud et Dominique Potier sont conviés à participer à disserter sur «qui est le peuple aujourd'hui ?» et sur «l'avenir des territoires périurbains», quand l'eurodéputée EELV Karima Delli doit participer à une conférence intitulée : «L'Ecologie : un an après».

La porte-parole de Générations Aurore Lalucq doit participer à un débat sur «l'Europe des lobbies», alors que son homologue du NPA Christine Poupin doit intervenir sur le sujet des retraites. Les députés LR Marianne Dubois et Olivier Marleix sont respectivement invités à s'exprimer sur «le service national universel» et sur «Alstom (le) scandale d'Etat».

La députée LREM Sonia Krimi a également été approchée

Des invitations qui permettraient à La France insoumise, régulièrement accusée à gauche de ne pas s'ouvrir suffisamment au dialogue, d'afficher un visage ouvert, même si «les intervenants ont été choisis pour leurs domaines de compétences», assure Manuel Bompard. Il a fait valoir à titre d'exemple que Marianne Dubois a corédigé un rapport parlementaire sur le service national et qu'Olivier Marleix a présidé une commission d'enquête de l'Assemblée qui s'est notamment penchée sur les conditions du rachat d'Alstom.

Selon LFI, la députée LREM Sonia Krimi, qui s'est abstenue en avril et en août lors des votes sur la loi asile-immigration, a également été approchée, mais elle a indiqué qu'elle ne pourrait pas être présente.

La longue liste des invités fait également la part belle à la société civile, avec notamment des chercheurs, ingénieurs, artistes, représentants d'associations ou encore des cheminots.