Syrie et Iran: Depuis Brégançon, Emmanuel Macron passe un coup de fil à Donald Trump

ENTRETIEN Plus tôt dans la journée de vendredi, il s’était entretenu avec Vladimir Poutine…

20 Minutes avec AFP

— 

Après avoir reçu Theresa May au fort de Brégançon il y a une semaine, Emmanuel Macron a appelé Donald Trump vendredi.
Après avoir reçu Theresa May au fort de Brégançon il y a une semaine, Emmanuel Macron a appelé Donald Trump vendredi. — SEBASTIEN NOGIER / POOL / AFP

Déconnecté mais pas trop. Il est en vacances toutes relatives :  Emmanuel Macron s’est entretenu vendredi soir avec Donald Trump pour évoquer notamment la situation en Syrie, la relation avec l’Iran et le dossier israélo-palestinien, a annoncé l’Elysée. Le président de la République poursuit une intense activité diplomatique, s’entretenant avec divers chefs d’Etat.

Suite à son retrait de l’accord nucléaire iranien signé sous Barack Obama, Donald Trump a rétabli le 6 août des sanctions à l’égard de Téhéran et de toutes les entreprises ayant des liens avec la République islamique.

Le dossier syrien au cœur de ses entretiens téléphoniques

« Le président français avait sollicité cet entretien pour faire le suivi des échanges de ces dernières semaines et préparer de nouvelles consultations diplomatiques dans les prochains jours », a précisé la présidence française.

Vendredi il a appelé le président russe Vladimir Poutine pour intervenir en faveur du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, détenu en Russie, en grève de la faim depuis le 14 mai. Avec le président russe, il a également évoqué longuement le dossier syrien, notamment la situation militaire et « les conditions nécessaires à un retour sûr, digne et volontaire des réfugiés », selon l’Elysée. Les deux présidents sont convenus d’en reparler début septembre.

Lundi, il s’était entretenu avec le président de la Colombie, Ivan Duque, pour le féliciter à l’occasion de son investiture. Emmanuel Macron a également discuté mercredi avec son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa pour évoquer la situation en République démocratique du Congo, où le président Joseph Kabila a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections.