Après l'affaire Benalla, les vacances s'annoncent très chargées pour Emmanuel Macron à Brégançon

ETE En vacances pour deux semaines au fort de Brégançon, en couple, Emmanuel Macron va recevoir Teresa May et «préparer sa rentrée»...

Laure Cometti

— 

Emmanuel Macron à La Mongie à Bagneres-de-Bigorre le 26 juillet 2018.
Emmanuel Macron à La Mongie à Bagneres-de-Bigorre le 26 juillet 2018. — Regis Duvignau/AP/SIPA

Des vacances chargées. Après l’affaire Benalla et les deux motions de censure déposées et rejetées à l’Assemblée mardi, Emmanuel Macron est parti en vacances après un dernier conseil des ministres. Deux semaines qu’il passera avec son épouse Brigitte Macron au fort de Brégançon, résidence présidentielle d’été sur la Méditerranée. Des congés qui devraient être bien remplis.

Une rencontre bilatérale avec la dirigeante britannique

Ils débuteront en effet avec une rencontre bilatérale avec Teresa May vendredi, dès 18 heures. La Première ministre britannique sera reçue, avec son époux, dans la résidence d’été du chef de l’Etat. Un cadre de vacances pour une discussion de travail qui devrait porter sur l’épineux dossier du Brexit. Après cette réunion de travail, les deux couples dîneront ensemble dans le fort de Brégançon.

Le fort de Brégançon dans le Var.
Le fort de Brégançon dans le Var. - ALAIN ROBERT/SIPA

« Il n’y aura pas d’autres rencontres bilatérales pendant les vacances du président », nous indique l’Elysée. En revanche, le chef de l’Etat a du pain sur la planche. « Il travaille chaque jour, même en vacances. Il suit les affaires courantes car le pays ne s’arrête pas de tourner. Et il va préparer sa rentrée ».

Une réorganisation à mener à l’Elysée

La rentrée s’annonce chargée au sommet de l’Etat. L’affaire Benalla a notamment révélé des « dysfonctionnements », a reconnu Emmanuel Macron devant les marcheurs le 22 juillet dernier. Il incombera au secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler de faire des propositions au chef de l’Etat pour réorganiser la présidence.

« Les procédures collectives de contrôle ont été défaillantes, il faudra y remédier », a souligné le porte-parole du gouvernement le 25 juillet. Benjamin Griveaux s’est aussi engagé à ce que « toutes ces leçons [soient] tirées à la rentrée et [que] des changements profonds [interviennent] ».

S’agira-t-il de plus de transparence au sommet de l’Etat ? Le fait que le nom d’Alexandre Benalla, en contrat à l’Elysée, n’apparaissait dans aucun organigramme, comme tous les chargés de mission de la présidence, a été remis en cause, notamment par l’association Anticor qui a saisi la Haute autorité pour la transparence de la vie publique mardi.

Alors que plusieurs membres du dispositif élyséen de communication, dont le porte-parole Bruno Roger-Petit et le conseiller  Ismaël Emélien, ont été mis en difficulté pendant l’affaire Benalla, le service de communication présidentiel devrait aussi être réorganisé selon Le Monde.

Par ailleurs, le président semble déterminé à poursuivre la réorganisation de sa sécurité, un chantier sur lequel Alexandre Benalla travaillait et qui a pris du retard.

L’agenda parlementaire chamboulé

Autre retard, celui pris dans les réformes lancées par le gouvernement. L’opposition n’a pas réussi à renverser le gouvernement avec ses motions de censure, mais elle est parvenue à chambouler son calendrier des projets de lois.

L’examen de la révision constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron a été reporté à la rentrée, en septembre. Mais il pourrait prendre plus de retard, voire être annulé, selon Richard Ferrand, patron des députés LREM, dans une interview au Monde parue ce mercredi. Le gouvernement se contenterait alors de réformer les institutions par des lois organiques et ordinaires, sans toucher à la Constitution, et donc sans devoir obtenir le soutien des 3/5 du Parlement.

Un remaniement en vue ?

La rumeur d’un remaniement ministériel bruisse depuis des mois, sans qu’il se passe grand chose. Mais l’affaire Benalla pourrait concrétiser l’hypothèse à la rentrée. Elle a été l’occasion de quelques couacs, notamment lorsque la garde des Sceaux Nicole Belloubet a contredit le porte-parole de l’Elysée. Gérard Collomb a aussi été critiqué par l’opposition après son audition à l’Assemblée le 23 juillet.

Edouard Philippe a commencé à évaluer tous les membres du gouvernement début juillet dans l’optique de dresser un bilan individuel de leur action après un an. Mais Richard Ferrand a écarté l’hypothèse d’un remaniement et loué le ministre de l’Intérieur auprès du Monde ce mercredi. Emmanuel Macron tranchera-t-il pendant ses vacances ?

Des sorties à la rencontre des Français ?

Il devrait en tout cas, selon Le Canard enchaîné « multiplier les sorties […] pour aller à la rencontre des Français ». Les images des présidents en vacances à la rencontre des citoyens font partie de l’album photo idéal pour les dirigeants français. Mais aucune sortie publique n’est annoncée par la présidence.

« Ce sont des vacances privées, il n’y a pas de programme public, nous répond l’Elysée. Le président décide de ce qu’il a envie de faire, oui il sortira du fort, il a ses activités propres. Quant aux sorties annoncées par le Canard, le président rencontre les Français tous les jours de toute manière, donc ce n’est pas une info ! ».