Affaire Benalla: L'examen de la révision constitutionnelle reprendra à la rentrée

ASSEMBLEE NATIONALE Le projet de révision aurait dû s’achever le week-end passé...

20 Minutes avec AFP

— 

L'Assemblée nationale, le 10 juillet 2018.
L'Assemblée nationale, le 10 juillet 2018. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

C’est l’une des conséquences inattendues de l’affaire Benalla, qui secoue la sphère politique depuis le 18 juillet. L’examen de la révision constitutionnelle a été  suspendu dimanche par la ministre de la Justice. Elle reprendra «à la rentrée», indique la conférence des présidents de l'Assemblée.

Voilà un coup d’arrêt qui risque de retarder le planning des réformes d’Emmanuel Macron. Aucune date précise n’a pour l’instant été communiquée. « Nous allons voir au mois de septembre, au mois d’octobre », a déclaré le président de l’Assemblée François de Rugy sur France Inter.

Perturbations du « bon déroulement des travaux » des députés

Le président de l’Assemblée « a réaffirmé son rôle qui est de défendre le fonctionnement régulier de l’institution. Au regard des événements des derniers jours, cela passe par le bon déroulement des travaux de la commission d’enquête et par la reprise de l’activité législative », selon un communiqué de la présidence. Après cette réunion, « il a été décidé de maintenir l’ordre du jour de cette semaine. Il a également été convenu que la session extraordinaire ne serait pas prolongée », est-il aussi indiqué.

Le projet de révision aurait dû s’achever le week-end passé, ce qui paraissait déjà compliqué avant l’affaire vu le flot d’amendements, pour être voté mardi. L’affaire touche aussi le Sénat : son président Gérard Larcher (LR) a indiqué que le calendrier et le contenu de la réforme constitutionnelle seront sans doute également « repensés ».

>> A lire aussi : Réforme de la Constitution. Des députés proposent de corriger une faute d'accord vieille de soixante ans

>> A lire aussi : Réforme constitutionnelle. Pourquoi le projet de révision du gouvernement fait polémique

>> A lire aussi : Réforme constitutionnelle. Le «principe de précaution», qui protège l'environnement, ne sera pas supprimé