Collecte d’ADN, vidéo effacée… On fait le point sur les intox autour de l’affaire Benalla

FAKE OFF Les intox autour de l'affaire Benalla sont déjà nombreuses, 48 heures après les premières révélations du «Monde»...

Alexis Orsini

— 

Alexandre Benalla (à droite) assure ici la sécurité du président, au Salon de l'agriculture.
Alexandre Benalla (à droite) assure ici la sécurité du président, au Salon de l'agriculture. — Lionel BONAVENTURE / AFP
  • Alexandre Benalla, le conseiller d'Emmanuel Macron filmé en train de violenter deux manifestants le 1er mai, fait déjà l'objet de nombreuses intox.
  • Une rumeur affirme notamment qu'il était présent à la manifestation du 1er mai pour collecter l'ADN des opposants au gouvernement.
  • 20 Minutes fait le point sur trois intox particulièrement populaires.

Son nom, encore inconnu il y a une semaine, est désormais sur toutes les lèvres. Alexandre Benalla, le conseiller d’Emmanuel Macron qui a frappé deux personnes lors d’une manifestation à Paris le 1er mai, est au cœur d’ une affaire particulièrement embarrassante pour le gouvernement d’Emmanuel Macron depuis les premières révélations du Monde mercredi soir.

Alors qu’une enquête du parquet est en cours, le conseiller, placé en garde à vue et bientôt licencié, fait déjà l’objet de rumeurs non vérifiées ou de canulars. On fait le point sur les trois intox les plus virales.

FAKE OFF

  • La rumeur des prélèvements ADN

« Benalla prélevait-il l’ADN des opposants à Macron ? Une Conseillère de Paris EELV relaye la rumeur sur France Info » Ce tweet devenu viral est aussi le titre d’un article publié ce 20 juillet par le blog d’extrême droite Fdesouche.

« La mission initiale d’Alexandre Benalla consistait à collecter les ADN des personnes opposantes à Emmanuel Macron, en ramassant notamment les mégots de cigarette » avance ainsi Fdesouche, tout en se montrant prudent : « C’est Caroline Mecary, avocate et conseillère de Paris (sous étiquette Europe Ecologie les Verts) [qui] relaye ce qui n’est pour l’instant qu’une rumeur dans l’émission "les informés" sur France Info 19 juillet 2018, se basant sur "un twittos qui chaque fois qu’il révèle une information s’est révélée être exacte (sic)" ».

«Suspicion que M. Benalla faisait autre chose»

Invitée de l’émission de France Info la veille aux côtés d’autres intervenants, l’avocate y évoquait en effet une telle théorie (à partir de 10 :50) : « Il y a une espèce de deux poids deux mesures, surtout pour un président qui se veut exemplaire ! Cela renforce la suspicion que M. Benalla faisait autre chose ou en tout cas était chargé d’une mission sur place dont on n’a pas forcément envie de parler. Et dont la rumeur dit qu’il s’agirait en réalité de collecter un certain nombre d’éléments permettant d’identifier, au travers des ADN, les personnes opposantes à Emmanuel Macron… »

Interrompue par les journalistes présents autour de la table, qui jugent cette affirmation « surprenante », Caroline Mecary poursuit : « Quand vous avez des manifestants qui fument des cigarettes, vous ramassez des tas de détritus que vous pouvez utiliser le cas échéant. » Avant d’évoquer le mystérieux utilisateur de Twitter cité par Fdesouche : « C’est surprenant mais l’information vient notamment d’un Twittos qui, chaque fois qu’il a révélé quelque chose sur Twitter, s’est révélé être exact. »

L’avocate a dévoilé à 20 Minutes le nom du fameux « Twittos » : « Il s’agit de Gaspard Glanz et d’un autre compte Twitter, Taranis News ». Les deux sont intimement liés puisque Taranis News n’est autre que le site fondé et alimenté par Gaspard Glanz.

Le 19 juillet, il y publie une vidéo filmée lors de la manifestation du 1er mai, où l’on voit clairement Alexandre Benalla, équipé d’un brassard de policier, près de CRS mais aussi de membres de la police identifiés par le média comme « le peloton des chefs de la Brigade Anti Criminalité, des représentants de la Préfecture de Police de Paris et de la Police Scientifique ». 

Un passage spécifique de la vidéo (à partir de 0 :35) montre en outre Alexandre Benalla parler au talkie-walkie, à proximité de membres du Laboratoire central de la préfecture de police, occupés à collecter des restes de fumigènes, comme on peut le voir sur les photos publiées par Taranis-News le 2 mai sur Twitter et Facebook. On y aperçoit le talkie-walkie du conseiller, à quelques centimètres d’un policier portant le brassard « Laboratoire Central – Enquêtes ».

C’est donc en s’appuyant sur ces éléments que Gaspard Glanz décide de tweeter, le 19 juillet, l’affirmation qui sera reprise par Caroline Mecary : « Résumons, calmement : On a donc deux barbouzes de l’Elysée déguisés en flics, armés, talkie-walkés, qui accompagnent les prélèvements d’artifices de la police scientifique lors de la manif du 1er Mai. Ça devient du lourd, là !! Macron : on t’écoute ! »

Toutefois, contrairement à ce que soutient la rumeur évoquée par l’avocate sur Franceinfo et reprise par Fdesouche, rien ne permet d’affirmer qu’Alexandre Benalla « prélevait l’ADN » des manifestants : seule sa présence à proximité de l’équipe du Laboratoire central est établie par la concordance entre la vidéo et les photos. 

  • Des bandes de vidéosurveillance effacées ?

Sur son blog, le militant d’extrême droite Boris Le Lay relaye pour sa part une autre rumeur infondée : « Emmanuel Macron et Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, ont effacé les bandes vidéos de la ville de Paris où l’on voyait l’homme de main du président français tabasser des manifestants déguisé en policier. »

Pour étayer cette « info », il s’appuie sur un article d’Europe 1, dont il cite un extrait. Or, comme la chaîne de radio l’indique clairement, deux des trois policiers suspendus jeudi soir – dont un « commandant chargé des relations avec l’Elysée » - « sont soupçonnés d’avoir […] copié puis transmis la vidéo à Alexandre Benalla »… mais pas de l’avoir effacée.

Et si Gérard Collomb a bien condamné « lourdement » les agissements des trois policiers, rien ne permet d’affirmer qu’il a lui-même - ou Emmanuel Macron - effacé les bandes de la vidéo-surveillance.

  • Une parodie sur Alexandre Benalla et… Mamoudou Gassama

Une troisième intox, particulièrement invraisemblable, affirme qu’Alexandre Benalla n’était autre que le voisin visible sur la vidéo du sauvetage spectaculaire d’un enfant par Mamoudou Gassama, le jeune Malien devenu célèbre après son exploit – et déjà visé par un canular ce mois-ci… 

L’article, parodique, est signé de Nordpresse, un site humoristique spécialisé dans la publication de canulars, qui indique à ses visiteurs : « Certaines informations présentes sur ce site sont satiriques et/ou parodiques, veillez à conserver un esprit critique, merci. »

Nordpresse, particulièrement inspiré par l’affaire Benalla, a notamment publié une fausse « alerte enlèvement » d’Edouard Philippe, Gérard Collomb et Emmanuel Macron, pour se moquer de la grande discrétion du gouvernement sur cette affaire

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.