Emmanuel Macron mobilise les grands patrons pour les jeunes des quartiers

PRESIDENCE Le président avait invité à l’Elysée des grands patrons français…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée lors de son discours sur les quartiers en difficulté, le 22 mai 2018.
Emmanuel Macron à l'Elysée lors de son discours sur les quartiers en difficulté, le 22 mai 2018. — Ludovic Marin/AP/SIPA

Deux mois après son grand discours sur les banlieues, Emmanuel Macron a réuni mardi à l’Élysée les patrons des 100 plus grandes entreprises françaises pour les appeler à renforcer l’apprentissage et les embauches dans les quartiers en difficulté.

Le président s’est félicité que les 30.000 offres de stages de classe de 3e promises dans son discours sur la politique de la ville en mai étaient déjà trouvées pour être proposées aux jeunes l’an prochain.

Des stages pour les élèves de 3e

Outre les 15.000 stages dans les services de l’État, les entreprises en offriront 15.000 autres, dont 1.500 pour BNP-Paribas, 600 pour Accor ou 1.500 pour la Fédération Régionale des Travaux Publics Ile-de-France.

« Un pays ne peut pas réussir quand seuls quelques-uns réussissent », a expliqué le chef de l’État en concluant cette réunion baptisée « La France, une chance. Les entreprises s’engagent ».

Devant le Congrès, le 9 juillet dernier, le chef de l’État avait annoncé la tenue de cette réunion en précisant qu’il ne demanderait pas aux entreprises « de s’engager par la loi mais par des engagements actifs, immédiats, visibles, de créations d’emplois, d’embauche d’apprentis ».

Total, Kering, BNP-Paribas, Accor, L’Oréal et Pernod présents

« L’Etat ne peut pas tout, les entreprises doivent s’engager », a agréé Patrick Pouyanné, le PDG de Total, premier groupe français. Il a ainsi cité la décision de porter à 5 % des effectifs en équivalents-apprentissage, notamment en réduisant l’intérim.

Les patrons de Kering, BNP-Paribas, Accor, L’Oréal ou Pernod étaient notamment présents, ainsi que ceux de plusieurs entreprises étrangères implantées en France, dont Zara, Novartis ou Coca-Cola. Celui de Danone, Emmanuel Faber, a insisté sur le fait qu'« une entreprise ne pouvait pas se développer sans tisser des liens d’utilité réciproque avec le territoire ».

Pour l’exécutif, les entreprises doivent prendre leur part après la multiplication des réformes, dont celle du Code du Travail, de la formation professionnelle, de l’ISF ou de la loi Pacte.

Des contrôles aléatoires en entreprise

L’Élysée insiste sur la nécessité de valoriser les nombreuses initiatives déjà engagées, notamment par les associations comme Article1, qui aide à s’orienter 40.000 jeunes par an, Viensvoirmontaf, « le réseau pour les jeunes sans réseau » qui « veut libérer les carnets d’adresse pour permettre aux 3e de faire le stage de leur rêve » selon Mélanie Taravant, sa co-fondatrice.

Emmanuel Macron a déclaré « tenir beaucoup » au testing, qui sera mené dans 40 des 120 plus grandes entreprises en septembre.

Un point d’étape ce mercredi

Le ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard, et le secrétaire d’État Julien Denormandie doivent faire un point d’étape de la stratégie gouvernementale pour les quartiers en difficulté au conseil des ministres ce mercredi, près de deux mois après le discours présidentiel sur la politique de la ville.

Ce dernier faisait suite à la remise du rapport de Jean-Louis Borloo, qui «a alimenté la réflexion du gouvernement» selon l'Élysée.

>> A lire aussi : Trafic de drogue, radicalisation, emploi... Ce qu'il faut retenir du discours de Macron sur les banlieues

>> A lire aussi : Malgré le stand-up et la tchatche, le discours de Macron déçoit les habitants des banlieues