• La ministre de la Culture Françoise Nyssen est désormais interdite de s’immiscer dans des dossiers liés à la régulation de l’édition, pour éviter tout conflit d’intérêts.
  • La ministre de la Santé Agnès Buzyn a déclenché une polémique en liant le report du plan pauvreté à la Coupe du monde de football.
  • Ces ministres semblent fragiles au sein du gouvernement, toutefois des sources proches de l’exécutif écartent l’hypothèse d’un remaniement imminent.

A l’heure du bilan annuel et de l’évaluation pour les ministres d’Emmanuel Macron, la rumeur d’un éventuel remaniement gouvernemental ressurgit en ce début d’été. Des spéculations alimentées par les difficultés rencontrées par certains membres du gouvernement Philippe, ou leurs boulettes. L’hypothèse d’un remaniement ministériel semble pourtant repoussée à plus tard selon plusieurs sources.

Nyssen privée de la régulation de l’édition

La ministre de la Culture, notamment, fait l’objet de critiques pour sa communication et ses interventions médiatiques et publiques sont jugées hésitantes. Plus d’un an après sa nomination, elle a été écartée par le Premier ministre de tout dossier lié à Actes sud, une maison d’édition fondée par son père, qu’elle a dirigée et que son mari pilote désormais.

Édouard Philippe lui a aussi retiré ses attributions concernant « la tutelle du Centre national du livre » et « la régulation économique du secteur de l’édition littéraire », pour éviter tout conflit d’intérêts. C’est le quatrième membre du gouvernement à faire l'objet d'un tel décret, après Nicolas Hulot, Delphine Gény-Stephann et Agnès Buzyn.

En outre, Françoise Nyssen a été épinglée par Le Canard Enchaîné pour des irrégularités de travaux pour sa maison d’édition. Alors que la ministre a souvent été contestée par les professionnels du secteur de la culture, des portraits élogieux de Sylvain Fort, plume d’Emmanuel Macron et candidat idéal pour remplacer Françoise Nyssen selon certains de ses proches, ont été publiés cette semaine. Un macroniste de la première heure juge toutefois que Françoise Nyssen n’est pas en danger, étant « soutenue lors de ses déplacements ».

La bourde de Buzyn

Agnès Buzyn est elle aussi critiquée. Selon Le Canard enchaîné de ce mercredi, le président de la République aurait piqué une crise après la sortie de la ministre de la Santé sur LCI. Elle y annonçait mercredi que le plan de lutte contre la pauvreté « devrait être présenté autour du 10 juillet » avant de préciser : « mais nous verrons si la France est en demi-finale ou pas », un détail qui avait déclenché de nombreuses critiques. La ministre elle-même serait consciente de sa bourde et aurait fondu en larmes devant le Premier ministre et ses collègues du gouvernement selon l’hebdomadaire.

Depuis qu’Emmanuel Macron a officialisé le report de la présentation du plan pauvreté, à l’automne, tout en maintenant sa date d’entrée en vigueur au 1er janvier 2019, l’orage semble être passé. « Buzyn est solide », assure un proche du chef de l’Etat. Mais elle n’est pas épargnée par les soupçons de conflits d’intérêts : son mari dirige l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), dont la tutelle a été retirée au ministère de la Santé dès la nomination d’Agnès Buzyn en mai 2017. Mais en se portant candidat pour être renouvelé à la tête de l’institut fin juin dernier, son époux a relancé la polémique.

Un remaniement ? Pas avant les élections européennes

Tout en jugeant que d’autres membres du gouvernement sont « aussi fragiles » que les deux ministres - dont Brune Poirson, Stéphane Travert et Jacques Mézard - notre source écarte la piste d’un remaniement imminent, agenda électoral oblige : « ce ne sera pas avant les européennes » de mai 2019.

Un conseiller de Matignon cité par La Dépêche abonde : « nous n’avons pour l’instant aucune indication qui aille dans ce sens et je ne vois vraiment pas pourquoi nous remanierions si loin des municipales. C’est une arme qu’il faut garder pour les préparer ou bien pour réparer les dégâts après ».

>> A lire aussi : Mais quand Emmanuel Macron va-t-il (enfin) présenter son plan de lutte contre la pauvreté?

>> A lire aussi : Ses travaux sont fait sans autorisation, Françoise Nyssen regrette une «négligence»