Extrême droite: Jean-Marie Le Pen entouré de ses trois filles pour célébrer ses 90 ans

POLITIQUE Le fondateur du FN, célébrait ce samedi ses 90 ans à son domicile de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine)…

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen à Lyon le 30 novembre 2014.
Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen à Lyon le 30 novembre 2014. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Une photo de famille malgré les différends politiques. Jean-Marie Le Pen a réuni ce samedi ses trois filles à son domicile de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), ainsi que sa petite-fille Marion Maréchal, a-t-on appris de sources concordantes.

«Tout le monde est très heureux», a commenté auprès de l'AFP le conseiller de Jean-Marie Le Pen, Lorrain de Saint Affrique.

Une photo et plus de 300 invités

La réunion de famille a été immortalisée par une photo publiée ce samedi par Paris Match. Sur le cliché, on peut voir assise à droite du cofondateur du FN Marie-Caroline, sa fille aînée, qu'il n'avait pas revue depuis 20 ans quand elle était partie suivre le dissident Bruno Mégret, et à sa gauche, la benjamine, Marine, à qui il a légué en 2011 le Front national, devenu début juin le Rassemblement national (RN).

A droite de Marie-Caroline se trouve sa troisième fille, Yann, mère de l'ancienne députée RN Marion Maréchal, qui va ouvrir une école de sciences politiques à Lyon.

Marie-Caroline est revenue soutenir Marine dans les années 2000. Elle est l'épouse du conseiller de la présidente du RN, Philippe Olivier, également présent à la soirée de Montretout.

Jean-Marie Le Pen, qui a eu 90 ans le 20 juin, avait souligné à l'AFP qu'il «n'y avait pas que (sa) famille à cette soirée, mais aussi (ses) amis». Plus de 300 personnes étaient invitées.

«L'âge des indulgences»

Dans un entretien à Paris Match réalisé dimanche, Jean-Marie Le Pen affirme avoir atteint «l'âge des indulgences» et complimente sa fille Marine, en dépit de leurs désaccords politiques.

Celui qui a présidé le FN près de 40 ans avait trouvé sa fille «en beauté» quand elle lui avait rendu visite à l'hôpital le 17 juin, jour de la fête des pères, et se disait «optimiste» au sujet du RN aux élections européennes.

Il s'agissait de la deuxième hospitalisation de Jean-Marie Le Pen, soigné des suites d'une mauvaise grippe, après avoir frôlé la mort début avril en raison d'une «complication pulmonaire dangereuse», selon son conseiller Lorrain de Saint Affrique.

>> A lire aussi : Après de nombreuses critiques, Jean-Marie Le Pen essaie d'apaiser les tensions avec sa fille Marine