Strasbourg: Avec leur «labo», des citoyens veulent noter les élus et leurs propositions

POLITIQUE Un peu comme sur TripAdvisor, le « Labo citoyen » ouvert à tous les Strasbourgeois aimerait, à terme, notamment créer une agence de notation des politiques publiques par les citoyens…

Bruno Poussard

— 

Un jour à Strasbourg, les citoyens pourront-ils voter pour les propositions des élus ? C'est l'idée du nouveau Labo citoyen.
Un jour à Strasbourg, les citoyens pourront-ils voter pour les propositions des élus ? C'est l'idée du nouveau Labo citoyen. — G. Varela / 20 Minutes (Archives).
  • Après une année de travail, des citoyens ont présenté le 19 juin leur mouvement de « Labo citoyen » présenté sans ambition électorale ni lien avec un parti.
  • La démarche veut d’abord formuler des idées et concrétiser des propositions pour tous les prochains candidats d’élections à Strasbourg, notamment.
  • Ensuite, le « Labo citoyen » aimerait devenir une agence de notation des politiques publiques, sur la base de son expertise et ses propositions.

«Frustrés». «Négligés». Voire «oubliés» par la politique. Face à ce sentiment, des citoyens strasbourgeois ont voulu réagir. Depuis un an, un noyau dur d’une trentaine d’entre eux réfléchit ensemble - et en toute discrétion - une démarche expérimentale.

Sans ambition électorale ni lien avec un parti promettent-ils (même si certains sont d’anciens du PS), ces habitants d’horizons divers (mais plutôt de gauche de sensibilité) ont finalement dévoilé le 19 juin la création du « Labo citoyen » sur la place Kléber.

Une plateforme de propositions…

A l’initiative de la réflexion cependant amorcée par Syamak Agha Babaei, vice-président de l’Eurométropole chargé de l’habitat et médecin urgentiste de métier, leur mouvement ne se veut ni lobby ni think tank. Et sans leader. Construit au fil de réunions et rencontres avec des associations de quartiers, le « Labo citoyen » est présenté comme une « plateforme de propositions et d’élaboration de projets » par Michèle, retraitée.

Le labo citoyen a organisé un pique-nique sur la place Kléber le 19 juin pour annoncer au grand public sa démarche.
Le labo citoyen a organisé un pique-nique sur la place Kléber le 19 juin pour annoncer au grand public sa démarche. - B. Poussard / 20 Minutes.

Sous la forme d’un forum ouvert à tous, l’initiative espère récolter des idées, en débattre puis prendre le temps de construire des propositions (et même les budgéter) avec des spécialistes. Christophe, professeur de communication, précise : « Notre ambition, c’est que des candidats s’en saisissent. » Qu’ils soient de droite ou de gauche. Pourquoi pas à l’approche des élections municipales, en tout cas.

… En attendant de devenir une agence de notation

Mais à terme, le « Labo citoyen » a l’idée d’aller encore plus loin. En espérant affiner son expertise et voir ses rangs grandir, il rêve d’acquérir la légitimité pour que sa plateforme devienne aussi une agence de notation des élus et leurs politiques publiques (un peu comme sur TripAdvisor, finalement). Par rapport à leurs propositions à eux, par exemple.

La forme reste toutefois à construire. Et le « Labo citoyen » n’en est pas encore là, alors qu’il vient tout juste de lancer son site web, sa page Facebook et son compte Twitter. Syamak Agha Babaei revendique le droit à l’erreur : « On verra si notre démarche prend ou pas. On a le droit à l’erreur, on tente quelque chose. On veut voir en faisant. »

Afin d’avancer doucement et collectivement sur un de ses thèmes favoris, le Labo citoyen tiendra son premier forum au parc du Heyritz le 8 juillet, autour de la « nature en ville ». Outre l’environnement, ses créateurs veulent aussi (et surtout) défendre la notion d’égalité, quelle qu’elle soit. Pour que chacun puisse un jour être écouté, rêvent-ils.